World news – Enseignement à domicile: enquête initiée à Paris après des attaques informatiques contre le Cned

0
14

Le président du Bayern-Munich, Karl-Heinz Rummenigge, est toujours là pour les mauvais moments du football français

Le département cybercriminalité du parquet de Paris a ouvert mardi après une série d’attaques informatiques contre la plateforme Cned sur le premier jour du Retour de l’enseignement à distance en lien avec la pandémie.

Selon nos informations RMC, le site a également été victime d’une vingtaine de nouvelles cyberattaques hier soir.

Cette enquête, dont le Bureau central La lutte contre la criminalité dans les technologies de l’information et de la communication (OCLTIC) liée à « l’accès frauduleux à un système de traitement automatisé » et à « l’entrave au fonctionnement » d’un tel système, a déclaré le procureur.

>> LIRE AUSSI – PC « Zombies » ou outils informatiques obsolètes: qui a fait sauter les cours par correspondance de l’Éducation nationale?

Le Cned (Nation ales centre de formation à distance) avait annoncé mardi soir son intention de «porter plainte» «face à ces actes de malveillance délibérés». Il a notamment évoqué « plusieurs dizaines d’attaques sur le site de continuité pédagogique » My Class at Home « qui n’ont pu être totalement bloquées par l’opérateur ». Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer avait déjà évoqué mardi matin une « attaque informatique très forte depuis l’étranger », sans plus de précisions sur son origine.

Le CNED a également déclaré avoir soumis «tous les éléments techniques liés à ces cyberattaques» à l’Agence nationale de sécurité du système d’information (Anssi).

Les attaques se sont déroulées dans le cadre de l’enseignement à distance pour cette semaine de la fermeture d’écoles vendredi soir jusqu’à la semaine de relâche uniforme du 12 avril. Avant de retourner à l’école le 26 avril en face-à-face dans les écoles et une semaine supplémentaire dans les collèges et lycées.

« Malgré ces actes malveillants, » à 10 heures du matin, « 500 000 élèves et enseignants sont entrés sur les plateformes consultées » et « 150 000 classes virtuelles étaient actives », a déclaré mardi le ministre.

L’afflux de connexions a également causé d’importantes difficultés d’accès à un autre outil pédagogique numérique pour l’enseignement scolaire, l’ENT (Digital Work Environment), ce mardi, géré par des locaux communautés.

Ref: https://rmc.bfmtv.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici: EBENE MEDIA TV

Vidéo du jour:

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]