World News – FR – La France demande des sanctions européennes contre la Turquie (mais elle ne gagnera pas)

0

. .

POLITIQUE – C’est l’histoire d’un cessez-le-feu que l’Union européenne a appelé à. Préoccupés par l’épidémie de fièvre entre Ankara et plusieurs capitales du vieux continent, les chefs d’État et de gouvernement européens ont appelé 1. Octobre que la Turquie cesse ses diverses actions provocatrices ou militaires, déjà condamnées par le passé. .

Mais pour la France rien n’a changé deux mois plus tard, tout a continué. Manœuvres militaires en Méditerranée orientale, conflits au Haut-Karabakh, expansionnisme en Libye ou en Syrie. . . Il existe de nombreux sujets de tension plus ou moins actuels entre Recep Tayyip Erdogan et les chefs d’État et de gouvernement de l’UE.

Un dossier important pour les 27 qui se sont réunis jeudi 9. et vendredi 10. Décembre à Bruxelles pour rencontrer un nouveau sommet européen avec un programme généreux. Et ils doivent décider: continuer à brandir des menaces contre Ankara comme ils le font depuis octobre (avec des résultats limités) ou passer à la vitesse supérieure. Emmanuel Macron, qui a été personnellement agressé à plusieurs reprises par le président turc, entend faire pression pour des sanctions. Mais il doit convaincre ses partenaires.

« Deux voies ont été proposées à la Turquie. Travailler avec un agenda positif ou l’opportunité pour le Conseil européen de prendre les mesures appropriées, y compris des sanctions en cas de menaces persistantes aux intérêts et à la sécurité européens », explique l’Élysée,« Un «constat clair» deux mois plus tard: «Ces mesures ont été prises a continué. La Turquie n’a montré aucun intérêt pour le dialogue. « 

En effet, il est clair que les tensions en Méditerranée à Chypre, ou entre Paris et Ankara en particulier, ne se sont pas du tout apaisées. Entre autres, le chef de l’Etat turc a déclaré le 4. Décembre espérait que la France « se débarrasserait d’Emmanuel Macron au plus vite » et a déclaré qu’il était un « problème » pour le pays.

Auparavant, Recep Erdogan avait appelé au boycott des produits français et accusé son homologue français d ‘«islamophobie» de défendre le droit à la caricature du prophète Mahomet. Il l’a également accusé d’avoir mené une « campagne de haine » contre l’islam et a mis en doute sa « santé mentale » fin octobre.. .

Sera-t-il temps des sanctions quelques semaines plus tard? Paris veut croire que. «Il y a une réelle prise de conscience de ce que la Turquie peut représenter comme une menace pour notre environnement. Nous n’avons aucun doute sur le principe de la sanction », suggère la présidence. « Mais il reste encore à discuter avec les chefs d’Etat », veille à préciser immédiatement l’Elysée pour faire comprendre que ce ne sera pas gagné.

Bien sûr, la France n’est pas seule à l’offensive (d’autres chefs d’État et de gouvernement européens ont évoqué la possibilité d’une prochaine étape), mais le chef de l’État français incarne une ligne dure contre son homologue turc.

Une position n’est pas nécessairement partagée par tous les dirigeants européens. Comme le montre la perspicacité du président du Conseil européen, Charles Michel,. L’ancien Premier ministre belge a noté de nouvelles « actions unilatérales et rhétorique hostile » depuis l’apparition d’un ultimatum. Décembre lors d’une conférence de presse de dirigeants «prêts à utiliser les ressources dont nous disposons. « , Mais sans utiliser le terme » sanction « . « 

Et pour cause, plusieurs Etats membres, dont l’Allemagne, s’y opposent, ont déclaré un ministre et plusieurs dirigeants européens qui se sont confiés à l’AFP.

Cependant, l’unanimité au sein de l’Union européenne est requise pour l’application des sanctions. Et jusqu’à présent, Angela Merkel a bloqué son adoption dans l’espoir de parvenir à un accord pour « construire une relation vraiment constructive avec la Turquie ». . Et elle n’est pas la seule, apparemment.

«Cette décision a certainement été défendue par l’Allemagne car elle était également dans son rôle de président actuel de l’UE. Cependant, ce n’est pas un blocus allemand. L’Espagne et l’Italie n’étaient pas non plus favorables à l’application de sanctions », a déclaré le chercheur allemand Günter Seufert à Marianne début novembre.. .

Du côté turc, nous montrons notre sérénité face à cette éventualité. « Toute décision de sanctions de l’Union européenne n’est pas un gros problème pour la Turquie », a déclaré Recep Erdogan la veille du Conseil européen, peu de temps avant de se rendre en visite officielle à Bakou pour célébrer « la glorieuse victoire ».. de l’Azerbaïdjan contre l’Arménie. Comme nouvelle provocation pour les dirigeants européens qui avaient critiqué « l’ingérence extérieure » turque dans les combats sans trop la nommer.

Recevez gratuitement la newsletter du HuffPost tous les matins

Cliquez ici pour les dernières nouvelles en direct sur le HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Recevez les actualités les plus importantes et les meilleurs articles du jour par e-mail avec la newsletter quotidienne du HuffPost.
Apprendre encore plus

En vous abonnant à ce service, vous consentez à ce que votre adresse e-mail soit utilisée par Huffington Post Company, le responsable du traitement des données, aux fins suivantes: gestion de votre abonnement et envoi de newsletters, compilation de statistiques anonymes et payer d’éventuels litiges liés à l’utilisation du service. Le sous-traitant responsable du service est The Hufffington Post Holdings (USA). . Vous pouvez à tout moment vous désinscrire de notre délégué à la protection des données ou exercer vos droits sur vos données. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité.

En vous abonnant à ce service, vous consentez à ce que votre adresse e-mail soit utilisée par Huffington Post Company, le responsable du traitement des données, aux fins suivantes: gestion de votre abonnement et envoi de newsletters, compilation de statistiques anonymes et payer d’éventuels litiges liés à l’utilisation du service. Le sous-traitant responsable du service est The Hufffington Post Holdings (USA). . Vous pouvez à tout moment vous désinscrire de notre délégué à la protection des données ou exercer vos droits sur vos données. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité.

Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, Union européenne

Nouvelles du monde – FR – La France demande des sanctions européennes contre la Turquie (mais elle ne gagnera pas)
. . Titre associé :
La France veut des sanctions européennes contre la Turquie (et ce n& # 39; ne sera pas gagné)
Erdogan: « Notre objectif est de faire de la Turquie une base pour les produits et technologies de l’industrie 4. 0 « 
>> & # 39; Les chefs d’État et de gouvernement de l’UE envisagent des sanctions contre les forages turcs dans la région méditerranéenne
L& # 39; Union L’Union européenne agit « malhonnêtement » envers la Turquie, Recep Tayyip Erdogan
– <a href = "/? S = Sous la menace de sanctions de la & # 39; UE, Ankara se vante et se calme la menace de sanctions de l'UE, Ankara se vante et se calme
Erdogan: & » Toute décision sur les sanctions de l’UE & # 39; n& # 39; n’est pas une grande préoccupation pour la Turquie& « >
La Turquie espère un« bon départ & »de la & avec Biden mais tracez ses lignes rouges
Le projet de & # 39; Intégration de la Turquie dans l’UE & # 39; est-il enterré?
L& # 39; L’UE prépare des sanctions contre la Turquie, Erdogan n’est pas inquiet
Méditerranée orientale: la Belgique prête à envisager des sanctions UE-& contre la Turquie

Ref: https://www.huffingtonpost.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: