World news – Grève au Mali: l’armée française

0
34

La controverse ne s’est pas calmée depuis la frappe aérienne controversée de l’opération Barkhane près du village peul de Bounti, dans le centre du Mali, le 3 janvier. Ce mardi 30 mars, les conclusions du rapport d’enquête tant attendu des Nations Unies consulté par l’Agence France-Presse jettent un éclairage nouveau sur l’affirmation selon laquelle 19 personnes tuées lors de cette opération étaient en fait des civils, rassemblés pour un mariage, et pas seulement des djihadistes. comme Paris l’avait prétendu jusque-là. Ce rapport représente la remise en cause la plus sérieuse d’une opération de la force anti-jihadiste Barkhane par les Nations Unies depuis le début de l’implication française au Sahel en 2013.

Ce que dit le rapport des Nations Unies est clair: À la fin de la Enquête menée par le Département des droits de l’homme de la Mission des Nations Unies au Mali (Minusma), appuyée par la Police judiciaire des Nations Unies, basée sur des entretiens directs avec au moins 115 personnes, Presque autant d’entretiens téléphoniques et un certain nombre d’entretiens de groupe peuvent faire la Minusma « Confirmer la tenue d’une cérémonie de mariage en présence d’une centaine de civils sur les lieux de la frappe, dont cinq personnes armées, des membres présumés de la Katiba Serma assure le résumé du rapport. En fait, la Katiba Serma, qui fait partie du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM ou JNIM en arabe) n, une alliance jihadiste affiliée à Al-Qaïda.

Au moins 22 personnes ont été tuées, dont trois membres présumés de Katiba Serma – 19 immédiatement, 3 lors de leur évacuation, indique le document. Le groupe concerné « se composait principalement de civils qui sont protégés contre les attaques en vertu du droit international humanitaire », dit la Minusma.

Les experts de l’ONU n’ont trouvé aucune preuve sur place de la présence d’armes ou de motos, qui sont les moyens de transport privilégiés pour djihadistes Selon le texte, sans expliquer la contradiction évidente au fait que les membres présumés du Katiba Serma étaient armés. Cette frappe « soulève de sérieuses inquiétudes quant au respect des principes de conduite des hostilités, en particulier du principe de précaution », précise le document.

La Minusma « recommande donc » que les autorités maliennes et françaises « disposent d’un système indépendant, crédible et performant. enquête transparente « . Elle préconise d’enquêter et même de modifier les processus de pré-grève.

Il est également recommandé aux Français et aux Maliens d’essayer de définir les responsabilités et d’apporter réparation aux victimes et à leurs familles si nécessaire.

LIRE AUSSI Mali: la France est accusée de tuer des civils lors d’une frappe contre des djihadistes

Le ministère militaire français est venu au conseil très rapidement mardi, rejetant toutes les erreurs au Mali et, selon un communiqué également envoyé à l’AFP, avait «beaucoup de réserves» contre l’enquête sur les Nations Unies. Le ministère «soutient et réitère par la force» que «les forces armées françaises ont mené une frappe aérienne le 3 janvier contre un groupe terroriste armé identifié» près de Bounti, souligne cela. Elle « émet de nombreuses réserves sur la méthodologie utilisée » et « ne tient pas compte du fait que ce rapport fournit des preuves qui contredisent les faits décrits par les forces armées françaises ».

Cette enquête « contredit les déclarations locales incontrôlables et les hypothèses non étayées d’une méthode de renseignement robuste des armées françaises, qui est encadrée par les exigences du droit international humanitaire », répond le ministère militaire français, qui dans ce contexte juge« impossible de distinguer les sources crédibles »des fausses déclarations faites par d’éventuels sympathisants terroristes ou des personnes sous l’influence (y compris la menace) des groupes djihadistes. «Dans ces circonstances, le ministère des Armées estime que les allégations concernant le comportement des forces armées et leur intégrité sont infondées et maintient fermement leur version des faits», conclut-il.

La France emploie environ 5 100 hommes dans le Sahel au sein de la force Barkhane. Il a été la cible de fouilles présumées dans le passé. La grève de Bounti dans une région de forêts clairsemées et de buissons dominés par un massif rocheux qui contient des éléments du Jnim, mais dans laquelle d’autres groupes sont à leur tour liés à l’État islamique (EI), faisait partie de «Eclipse». Une opération anti-jihadiste qui a été menée principalement dans le centre du Mali, mais aussi au Burkina Faso et au Niger voisins par Barkhane et ses partenaires locaux.

Dans le secteur de Douentza Hombori, une région de la soi-disant triple frontière Région Territoire entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, des frappes régulières de Barkhane ont lieu, la polémique a vraiment commencé lorsque l’Association des Peuls Tabital Pulaaku et d’autres témoins l’ont affirmé. Des bombes ont explosé dans la foule lors d’un mariage ce jour-là, tuant des dizaines de civils. </ Après des jours de silence, le ministère militaire à Paris avait également donné sa version. La ministre militaire française Florence Parly avait assuré que les allégations d'une erreur française étaient une "guerre de l'information". Les autorités maliennes avaient présenté une version des événements qui coïncidaient avec ceux de la France.

Depuis, plusieurs ONG, dont Human Rights Watch (HRW), la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) et l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) ), a appelé à une enquête indépendante. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) a également estimé qu’il était « important que tous les points positifs soient jetés sur cet événement ».

Le 26 mai 1944, les bombardements américains en préparation du débarquement allié font environ 200 victimes civiles à Chambéry, 300 à Grenoble et près de 400 à Nice. C’est la guerre! Indiquer!

La guerre.

A Bastogne en 1944, un général américain a répondu aux Allemands « fous! » « . Qui osera donner la même réponse à la minusma?

Consultez les articles de la section Afrique,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis



Lire aussi  World News - AU - Mother of three victims of alleged suicide after 5-year-old son found a body