World news – Icade vend les immeubles Millénaire 1 et Loiret pour près de 320 millions d’euros

0
26

🎧 Brice Errera, Président du Groupe Galia, est au micro de # Immoweek pour un nouvel # iPodcast « Big Interview ». Euh… https://t.co/FUhnzgEvIz

Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs pour générer des statistiques. Pour plus d’informations, consultez
notre politique de confidentialité

C’est un euphémisme de dire que les entreprises traversent des moments difficiles. Comme le souligne Cushman & Wakefield dans une étude très détaillée («Marketbeat») de l’immobilier commercial français lorsque «le choc des restrictions successives sur les rues positionnées sur une offre mixte entre commerces de proximité et marques nationales et entreprises internationales a été moins brutal», il est différent pour « les artères fortement dépendantes du tourisme ou de la visite tertiaire ».

Ces dernières « n’ont pas retrouvé leurs débits après la réouverture des magasins. C’est le cas à Paris sur l’avenue des Champs-Elysées, qui est déjà a été pénalisée ces dernières années par les mouvements sociaux et les travaux en cours, mais aussi dans le quartier du Marais, qui a perdu une partie de son trafic touristique international. « … Côté Centres Commerciaux, Le Conseil souligne que » l’année avec une baisse cumulée de 28% de visiteurs, ce qui a un effet similaire sur les ventes « .

Nous pouvons comprendre donc la relative méfiance des investisseurs envers cette classe d’actifs. «Cependant, la baisse du volume investi dans le commerce par rapport à 2019 suit plus ou moins la tendance observée sur l’ensemble du marché de l’investissement immobilier non marqué, qui a reculé de 32% en 2020», note Cushman & Wakefield, précisant: «Le le commerce maintient ainsi sa part de marché à 16%, niveau globalement stable depuis quatre ans « . Et plus loin: « Cette proportion, qui pourrait diminuer dans les prochains mois, renforce néanmoins l’attractivité de certains types de commerces pour les investisseurs » …

D’autant que « les corrections des valeurs locatives des commerces ont été enregistrées », note Primonial REIM dans ses« condamnations immobilières »de février. Pour les perspectives de cette classe d’actifs, l’investisseur, qui scrute tous les marchés immobiliers au niveau européen, précise que «les mesures restrictives (couvre-feu, fermetures de certaines entreprises, mesures de confinement) continueront à avoir un impact sur la consommation dans tout l’euro zone L’impact sur les rendements sera limité car les ajustements ont déjà été effectués et, en termes de localisation, nous pensons que les actifs au rez-de-chaussée des immeubles et des centres commerciaux des «  grands  » marchés européens ont les meilleures perspectives de valorisation et de croissance future dans les loyers devraient avoir (…) A court terme selon la nouvelle hiérarchie des taux d’intérêt, une stabilisation devrait avoir lieu pour une grande partie des actifs quel que soit le format.Avec le retour progressif à la normalité, des opportunités pourraient être saisies. « …

En parlant d’actualité: Si la suspension des dividendes pour l’exercice 2020, 21 et 22 les actionnaires d’URW, qui ont publié la semaine dernière leurs résultats de l’exercice 2020, ont dû s’inquiéter un peu, ils auront certainement remarqué un certain nombre de facteurs. Entre autres, le fait qu’après la réouverture des centres commerciaux au deuxième trimestre, le nombre de visiteurs en Europe continentale a atteint 77% du niveau de 2019 au troisième trimestre (période la moins perturbée) et les ventes des détaillants se sont désormais stabilisées grâce à l’augmentation du panier moyen, le retour des clients dans les centres à 86% du niveau de 2019 », souligne la foncière. que «le taux de vacance à fin 2020 est passé de 5,4% à 8,3% en raison des faillites et de la baisse de l’activité locative» (donc loin d’un effondrement!); Cette liquidité est «suffisante pour couvrir les besoins de financement des 24 prochains mois»: «La réduction de la dette reste une priorité essentielle» ou la valeur nette de la reconstitution EPRA par action, qui a certes diminué de 27%, est de 166,80 euros par action. .

Ref: https://www.immoweek.fr