World news – [INTERVIEW] Vianney sur The Voice: « Je n’ai jamais vraiment vu un épisode entier »

0
43

Il n’a que 30 ans, mais connaît déjà du succès. Au sein de The Voice *, le coach est ouvert aux candidats, comme lors de notre entretien.

Je me sentais légitime de jouer le coach. J’ai évolué dans ma carrière: j’ai fait des albums, de la direction musicale, j’ai écrit pour d’autres. J’attendais que cette expérience commence.

Je ne suis pas sûr que les téléspectateurs sauront quoi que ce soit sur moi. Mais ils me voient pour qui je suis quand je travaille en studio. Vous pouvez également constater que lorsque je passe un bon moment, je sais comment être ouvert. Je suis assez simple pour faire des commentaires, car c’est ainsi que vous avancez. Vous devez vous permettre de dire des choses. Peut-être que cela semble parfois un peu difficile, mais dans la vie, je suis dur avec moi-même. Et je l’aime tellement que c’est avec moi C’est la seule façon dont j’ai progressé. En tant qu’entraîneurs, nous devons cette honnêteté au talent qui nous attend. J’ai vraiment cette inquiétude.

C’est drôle, mes amis me le disent souvent. Les gens ne réalisent pas que je suis une foule! Tant mieux quand on découvre cette facette de ma personnalité. Tu sais que je suis toujours le même Mais j’ai forcément plus de réticence envers les gens que je ne connais pas.

Pour être honnête, je ne regarde pas beaucoup la télé. Lorsque l’émission est diffusée, je travaille souvent ou en concert. Donc je n’ai jamais vraiment vu un épisode entier. Par contre, j’ai toujours été intéressé par les performances qui faisaient du bruit ou par les performances que des amis m’ont envoyées. Bien que je ne sois pas très familier avec le programme, je dois admettre que j’ai toujours eu des préjugés positifs.

Je tiens à vous dire que The Voice n’est que le début du voyage pour vous, que vous soyez ou non loin dans la compétition venir ou pas. Le plus important est de toujours savoir être humble.

Vos goûts musicaux varient énormément. Cela va de Georges Brassens à Maxime Le Forestier en passant par le rappeur Orelsan …

J’aime toute la musique, même si je n’entends pas Barbara comme Orelsan. Cela vient de mon histoire. Quand j’étais enfant, j’ai été bercé par Brassens. Je n’ai pas de snobisme dans la vie, encore moins dans la musique. En fait, je suis du genre à défendre des styles qui ont parfois une mauvaise image si je les connais par qualité. Par exemple, il est à la mode de penser que ce que fait Mylène Farmer est tout simplement sympa et drôle quand ses chansons sont de très bonnes compositions.

Votre dernier album s’appelle N’attendons pas. Sa carrière a commencé très rapidement. Il y a un sentiment d’urgence dans tout ce que vous faites …

J’ai ça en moi, je le sais. C’est le goût de la découverte qui m’anime. Même retourner dans une salle de concert est amusant, mais cela me déçoit toujours un peu aussi. C’est comme si j’avais fait ça avant. Je me fais toujours violence pour ne pas me répéter. Mon urgence est là: ne pas s’installer. Je n’aime pas le concept de connaissances acquises.

Oui, j’ai toujours aimé les tests depuis que je suis adolescent. J’ai cherché beaucoup de choses, notamment au lycée Saint-Cyr, mais ce n’était pas une recherche désespérée. J’ai toujours aimé épingler. Je pense que c’est cool. J’aime faire quelque chose qui me pousse en avant et me donne l’impression d’avoir avancé.

Le goût de la vie de groupe et du caractère rustique. J’aime dormir n’importe où en tournée. Dans Boy Scouts, j’ai appris à ne pas me plaindre de choses sans importance. Allez toujours de l’avant.

Vous partagez régulièrement vos convictions. L’écrivain Gilbert Cesbron a écrit: « On ne fait pas grand-chose avec la foi; rien sans la foi ». Que pensez-vous?

Quand nous avons la foi, nous pouvons aller de l’avant et croire que tout a du sens, et je ne parle pas nécessairement de croyances religieuses. Oui, je suis croyant, mais ma seule ambition est d’ouvrir les cœurs. Je ne suis pas ici pour convertir ou évangéliser. Pour moi, le plus important est de partager.

Votre père était pilote d’hélicoptère militaire et votre mère était pilote d’avion. Vous n’avez jamais voulu entreprendre cette carrière?

C’est la grande déception de mes parents! Aucun de ses fils n’a choisi cette voie.

Nous avons récemment parlé à Amel Bent de notre travail. Nous avons tous les deux vu des gens se perdre et sombrer. Vous devez avoir un entourage solide pour faire ce travail. La conscience est nuisible. Glitter foiré … Je suis heureux d’être entouré de bonnes personnes et d’être heureux.

Le chanteur est très discret dans sa vie privée et partage la vie d’une musicienne talentueuse, la violoncelliste Catherine Robert. Mère d’une fillette de 9 ans, elle a fait de lui un beau-père. «Vous ne vous attendez pas à développer cet amour pour un enfant que vous n’avez pas eu», a récemment déclaré Vianney. Cette quasi-paternité fait aussi l’objet de la jolie chanson Beau-Papa dans son dernier ouvrage.

Cet article a été publié dans le magazine Nous Deux numéro 3843 du 23 février au 1er mars.

Les informations recueillies sur ce formulaire fait l’objet d’un traitement informatique pour Reworld Media Magazines et / ou ses partenaires et prestataires afin de pouvoir envoyer des conseils et des offres promotionnelles.
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données vous concernant.
Pour en savoir plus ou pour exercer vos droits, vous pouvez consulter nos conditions générales d’utilisation.

Ref: https://www.pleinevie.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]