World news – Level Magazine – Cocos Draw Again: Ressuscité de l’attaque de Charlie Hebdo

0

Quelques mois après le « Charlie Trial », la caricaturiste Coco livre son expérience de l’horreur terroriste dans un récit graphique.

Son témoignage a été l’un des temps forts du « Charlie Trial » l’automne dernier. Ses paroles étaient maudites. Ses dessins à l’encre noire et à l’aquarelle parlent pour elle aujourd’hui: l’auteur et caricaturiste Coco est une survivante de l’attentat terroriste du 7 janvier 2015, au cours duquel 12 personnes ont été assassinées. En préparation de son intervention au bar, la jeune femme, qui se sentait jusqu’alors incapable de s’exprimer à travers ce traumatisme profond, a commencé à dépeindre l’indicible. Dire «elle» le 7 janvier et la lenteur de la reconstruction, le fragile retour à la vie que la jeune maman a commencé à tout prix quand elle avait trente (1) ans.

Le 7 janvier est l’un de ces jours terribles pour Coco dont vous ne pourrez peut-être jamais vous remettre complètement. C’est cette vague fondamentale protéenne, cette «vague de la vague» de graphismes empruntés à Hokusai, dont le poids ouvre l’histoire, frappe la jeune femme et saisit le lecteur. Et Coco raconte la culpabilité de ceux qui ont failli mourir mais n’y sont pas restés; la honte de fuir quand d’autres, ses maîtres et amis, ont été tués – Charb, Cabu, Tignous et tout le monde; l’horreur d’avoir été réduit à cette «machine» avec laquelle des terroristes ont fait irruption dans la rédaction du journal satirique. Pour la création du code d’accès sous le règne des Kalachnikovs.

Cocos 7 janvier, ces pages sont également coupées d’éclats rouge sang, criant avec colère «Et si» ça aurait pu tout changer, mais ça n’a pas été le cas arriver – «Et si j’essayais de désarmer? Puis la fusillade et le silence qui ont suivi, complètement engloutis par ces planches sombres et vides. La représentation de l’horreur s’arrête là. Rien à voir. En dernier héritage, les fantômes de terroristes cagoulés aux yeux béants d’inhumanité envahissent les requins …

Draw Again est le récit personnel d’une blessure collective que l’auteur voulait sobrement et sans pathos – mais non sans humour et tendresse. Dans une distanciation impérieuse, son trait par ailleurs réaliste s’estompe devant le petit Coco stylisé, où le « long nez long menton » est très éloigné de son visage gracieux. Elle raconte les jours suivants, la mobilisation internationale pour la liberté d’expression, dans laquelle elle n’est qu’une ombre d’elle-même, « la chaîne sans fin des funérailles » et la douleur d’exister – « Il y a quelque chose d’insupportable dans la beauté … »

Et puis à nouveau les jours suivants, où l’on apprend à vivre «avec», où la lutte au milieu du chaos se poursuit avec un crayon et un crayon – la créatrice qui poursuit sa collaboration avec Charlie Hebdo devient une artiste. Dessinateur en charge de la délivrance quotidienne, une première pour une femme. Un combat dans lequel Coco nous rappelle ce qu’il faut pour dessiner, écrire, penser, défendre. Souffle et humanité.

Après son élection à l’Académie des Beaux-Arts en 2020, le créateur fera l’objet d’une exposition …

Titre associé: – Le dessin de Cocos encore une fois: le retour à la vie après l’attaque de Charlie Hebdo

Titre associé :
Cocos ‘Draw Encore une fois: résurrection après l’attentat contre Charlie Hebdo
Level Magazine – Coco’s » Draw Again  » : Ressuscité après l’attaque de Charlie Hebdo

Ref: https://news.ebene-magazine.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: