Partagez avec vos amis

L’ancien goléador camerounais qui a toujours eu des difficultés à réaliser des projets d’envergure apparait au lancement d’une entreprise de paris sportif dénommé Betoo.

Officiellement le projet est de Wilfried Happi, le manager de Samuel Eto’o qui a sollicité son accompagnement. Même si certains affirment que Betoo appartient bel et bien à Eto’o, le quadruple ballon d’or africain soutient mordicus qu’il n’est qu’en appui pour réaliser le rêve de deux jeunes.

L’engagement de Samuel Eto’o pour sa mise ouvre est remarquable. Betoo semble avoir tout pour réussir. L’ancien capitaine des Lions indomptables doit en être convaincu. Lui qui a une expérience de l’implémentation des entreprises pareilles. Ses initiatives ont pour la plupart fait banqueroute quand elles ne sont pas simplement mortes-nées.

En 2011 il lance Samuel Eto’o Mobile (Set Mobile), entreprise exerçant dans le domaine des télécommunications. A peine décoller elle fait face à de nombreux problèmes de gestion. Le symbole du malaise est la grève générale du personnel qui réclame de nombreux mois d’arriérés de salaires impayés.

Set Mobile au capitale de 100 millions de FCFA dépose le bilan aussitôt et on entendra plus parler. Beaucoup apprendront plus tard que la compagnie faisait de la sous-traitance, achetait des services auprès des autres sociétés pour les revendre et parfois à un cout plus élevé.

Outre la téléphonie Samuel Eto’o s’est lancé dans la formation des jeunes footballeurs à travers la Fondation Samuel Eto’o (Fundesport). Ses pensionnaires les plus connus sont Fabrice Olinga, André Onana, Christian Bassogog, et Fabrice Ondoa. Des joueurs clés de la sélection actuelle des Lions indomptables. La Fundesport aurait pu faire mieux pour le Cameroun si elle n’avait pas fermé ses portes en 2014.

Le promoteur tente de sauver le projet en obtenant près de huit hectares de terrain à Kribi dans le Sud Cameroun. Malgré l’accompagnement de l’Etat dans l’acquisition des terres, il se fait flouer des dizaines de millions de francs. Très remonté après ses partenaires notamment quelques pontes du pouvoir de Yaoundé, le « grand 9 » s’en va chercher fortune au Gabon.

« Le Pichichi » a aussi investi dans la culture. Il fût copropriétaire avec Géremi Sorel Njitap de la célèbre boîte de nuit Katios Night-club en faillite. Reçu en audience en novembre 2018, Eto’o a soumis au chef du gouvernement un Programme international de charité adossé sur l’organisation de la CAN 2019. Il annonçait entre autres un méga concert de musique avec les stars mondiales de la musique et une grande soirée de gala avec collecte des fonds en faveur des programmes des jeunes. Finalement le « glissement de date » de la CAN au Cameroun noie les projets. Renaîtront-ils peut-être en 2021.

Dans l’ouvrage à scandale « Revenge Porn » de son ex petite amie Nathalie Koah, l’écrivaine livre des confessions de l’ancien international camerounais. L’on apprend que selon Samuel Eto’o, ce sont quelques proches collaborateurs du président de la République qui fossoient toutes ses initiatives.

Mais dans une interview accordée courant novembre à quatre chaînes de télévisions locales, le fils de New Bell à Douala a indiqué avoir tiré toutes les leçons de ses échecs dans le business, raison pour laquelle il va s’inscrire à l’université d’ Harvard aux Etats-Unis.

Source: camerounlink.com

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here