Partagez avec vos amis

L’État du Cameroun vient de résilier le contrat du groupe italien Piccini qui devait construire et livrer un complexe sportif à Olembe (banlieue de Yaoundé), dont un stade de 60?000 places.

Dans sa décision signée le 29 novembre, le ministre des Sports, Narcisse Mouelle Kombi, indique qu’il a appliqué une instruction du secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, « prescrivant la résiliation du contrat du Groupe Piccini et la signature en urgence d’un nouveau contrat avec l’entreprise canadienne Magil pour la reprise et l’achèvement des travaux du complexe sportif d’Olembe ».

Comme motifs ayant entraîné cette sanction, le ministre des Sports révèle que Piccini a procédé à la sous-traitance des prestations contractuelles sans autorisation du maître d’ouvrage, notamment sur les aires de jeux. Par ailleurs, il est reproché au groupe italien «?la violation de la législation sociale caractérisée par l’accumulation des arriérés de salaires des travailleurs?», «?l’arrêt des travaux et l’abandon du chantier dûment constatés par voie d’huissier et par procès-verbal administratif?», «?la défaillance de l’entreprise caractérisée par le non-respect des engagements contractuels et des ordres de service s’y rapportant?» et «?l’incapacité de l’entreprise société Gruppo Piccini SPA, adjudicataire du marché n° 000039/M/PR/Minmap du 30 décembre 2015, à livrer les travaux dans les délais contractuels?».

Le Groupe Piccini qui n’a pas encore réagi à cette résiliation perd ainsi un marché d’un montant global provisoire de 163 milliards de FCFA. Et pourtant, au mois de juillet dernier, le président du groupe italien Piccini, Makonnen Asmaron, est venu, en personne, au Cameroun rencontrer les autorités susceptibles d’aider la multinationale à obtenir des financements supplémentaires pour la construction du complexe sportif d’Olembe. M. Makonnen avait notamment demandé au ministre des Finances, Louis Paul Motaze, une convention de cautionnement pour que l’entreprise obtienne un financement auprès des banques locales, dont BgfiBank, dans le but d’accélérer le chantier.

«?C’était pour rassurer le ministère que nous allons terminer les travaux avant la fin de l’année [2019]. On a récupéré le temps perdu. On rassure aussi le peuple camerounais qu’il va avoir un des meilleurs stades non seulement en Afrique, mais probablement dans le monde?», avait déclaré M. Makonnen. Que nenni.

Piccini aurait dû livrer ne serait-ce que le stade d’Olembe au mois de septembre 2018. Mais de report en report, le chantier, autant que d’autres dans le pays, n’a jamais été achevé. Ce qui a poussé la Confédération africaine de football (CAF) à retirer l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 au Cameroun. Néanmoins, la CAF a reprogrammé cette CAN au Cameroun pour 2021, en espérant que le pays aura achevé la construction de ses infrastructures sportives. Ce qui est loin d’être le cas en cette fin d’année 2019.

SOURCE https://www.cameroonweb.com/CameroonHomePage/SportsArchive/Can-2021-coup-de-tonnerre-le-Cameroun-prend-une-grande-d-cision-477133

Source: investiraucameroun.com

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here