Partagez avec vos amis

Comme nous l’avons signalé l’année dernière, le Cameroun, sous le régime actuel, ne pourra pas organiser le CHAN en 2020, ni la CAN en 2021, ni en 2023 ni à une autre date d’ailleurs car la gestion du Cameroun par ce pouvoir ne peut pas déboucher sur une nation apaisée offrant les conditions d’une CAN tel que décrites par les textes de la FIFA. En tout cas, un CHAN en 2020, normalement prévu entre Janvier et Février, maintenant repoussé à Mars-Avril au Cameroun, c’est-à-dire certainement dans les moments volcaniques de l’après élection convoquée par Paul Biya, relèvera d’un miracle ou d’une séance d’humiliation grandeur nature, où les passionnés du Football du monde entier viendront dans un voyeurisme pornographique, observer les Camerounais dans la nudité de leurs misères multiples et insupportables.

Les Camerounais se demandent les raisons profondes qui animent la FIFA, la CAF et l’ONU à insister afin que le CHAN et la CAN se déroulent au Cameroun, un pays qui est totalement désarticulé, ensanglanté et profondément endeuillé. Bien entendu si la corruption est la principale raison à laquelle les Camerounais pensent, ils évoquent également des considérations politiques car la France et le régime de Yaoundé ne disposent que de ces deux événements pour donner à Paul Biya une légitimité virtuelle alors que les Camerounais lui ont déjà refusé la légitimité réelle.

Les choses se compliquent car il est acquis que les autorités Camerounaises ne s’intéressent à la CAN qu’exclusivement comme une source de détournements de fonds massifs et comme instrument de communication politique. L’aspect sportif de la CAN, et ce n’est plus un secret pour personne, n’intéresse aucunement pas cette équipe de choc de la rapine.

Depuis la fameuse tournée d’inspection de la CAF qui a entrainé le glissement, la situation n’a quasiment pas changé. Il faut se dire la vérité ! Et le ministre Narcisse Mouelle Kombi, dans une comédie digne du fameux French CAN-CAN, fait semblant d’égrainer chaque semaine de nouvelles surprises. En effet, depuis le glissement, tous les bailleurs de fonds, FIFA, FMI, Banque mondiale savent que chaque fois que les fonds sont injectés au Cameroun, ceux-ci sont directement détournés par l’équipe dirigeante, c’est-à-dire qu’en l’état actuel, tous les travaux (d’infrastructures sportives, hôtelières, routières, ferroviaires, hospitalières et de la logistique) au Cameroun sont sans financement et donc automatiquement à l’arrêt. Pour rappel, toutes ces infrastructures devaient être livrées fin mars 2019.

En conclusion, j’appelle tous les Camerounais, y compris les grands sportifs Camerounais, en particulier Patrick Mboma, qui comprend mieux les enjeux du sport pour une Nation, à lancer l’opération RETRAIT du Cameroun du CHAN et de la CAN. Cela va nous éviter, au-delà de la grande humiliation qui se profile à l’horizon, un retrait de ces compétitions avec les sanctions financières et une élimination pour les deux CHAN et CAN suivants. Il faut donc rapidement clore le chapitre de cette histoire qui est une réelle distraction qui nous empêche de nous focaliser surl’arrêt du suicide national qui se déroule dans les zones Anglophones du Cameroun, le hold-up électoral et la Transition pacifique du pouvoir, qui va déboucher sur de vraies perspectives de développement et d’émergence. Ensuite, nous organiserons la CAN, le CHAN et pourquoi pas les CHANTS !

source https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/features/CHAN-2020-CAN-2021-violente-humiliation-en-pr-paration-pour-le-Cameroun-476204

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here