Cette journée du lundi 29 octobre 2018 est calme sur le territoire camerounais après un week-end mouvementé et marqué par les manifestations des opposants au Régime Biya à Douala et Yaoundé.

Le début de semaine est calme et les populations vaquent à leurs occupations normalement à Douala, la capitale économique et à Yaoundé, la capitale politique.

Ces deux métropoles du Cameroun ont été agitées pendant le week-end dernier par les manifestations publiques organisées par les militants et sympathisants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC).

Cette formation politique qui avait engagé la candidature de son président national Maurice Kamto, à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, a invité la population à descendre dans la rue pour contester les résultats officiels qui consacrent Paul Biya, le président sortant, réélu pour un nouveau mandat de sept ans.

Si les manifestants interpellés à Douala samedi ont été libérés, ceux de Yaoundé sont toujours privés de liberté. Ils ont été arrêtés dans la matinée d’hier dimanche 28 octobre, pendant une manifestation devant la Cathédrale Notre Dames-des-Victoires.

« Suite à leur interpellation intervenue en cette matinée de dimanche, à la cathédrale notre dame de Yaoundé, la vingtaine de manifestants pacifiques qui y a déployé des écriteaux portant entre autres la mention ‘’Non au hold up’’ vient d’être déportée hors de la DRPJ (Direction Régionale de la Police Judiciaire) où leurs auditions sont désormais achevées. Malgré l’insistance de leur conseil juridique, la destination de leur déportation est demeurée secrète en violation de la loi Camerounaise qui n’autorise pas les détentions secrètes. Nous ne les abandonnerons pas, aussi cherchons-nous activement à les localiser ! » informe Olivier Bibou Nissack, porte-parole du Candidat Maurice Kamto, pendant la Présidentielle 2018.

En dehors des opposants interpellés, certains, victimes des violences de la part des forces de l’ordre, sont dans un état critique dans certaines formations hospitalières. C’est le cas de Maitre Marcel Tcheuko, avocat au Barreau du Cameroun qui se trouve toujours dans un état critique à l’hôpital Laquitini de Douala.

Les responsables du MRC qui appellent leurs militants à la résistance nationale, ne manquent aucune occasion de rappeler que le plan de résistance national repose sur le triptyque « PACIFISME-CONSTITUTIONALITÉ-LÉGALITÉ ».

Source: cameroon-info.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here