Dans une interview accordée à la Radio France internationale(RFI), Tibor Nagy, le monsieur Afrique du président américain Donald Trump affirme que l’opposant Maurice Kamto doit être libéré.

Le secrétaire d’Etat adjoint des Etats-Unis pour les affaires africaines, Tibor Nagy effectue un périple en Afrique. Un périple qui va le conduire au Cameroun, en République démocratique du Congo(RDC), en Ouganda et au Rwanda du 06 au 17 mars 2019. Il séjournera très spécifiquement au Cameroun le 17 mars 2019, mais de passage en France, l’émissaire du président Donald Trump dans une interview accordé aux médias français n’a pas fait de mystères sur les sujets qui vont meubler les échanges avec les autorités camerounaises. Au sujet de l’interpellation de l’opposant camerounais, Maurice Kamto, président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC), interpellé le 28 janvier 2019 à Douala dans le domicile de son allier Albert Ndzonga, le secrétaire d’Etat adjoint chargé des affaires africaines indique clairement dans cette interview: « le gouvernement camerounais assure qu’il a été arrêté et emprisonné pour des raisons légitimes.

Moi je pense vraiment qu’il serait très sage de le libérer. Parce que, que ce soit vrai ou faux, il est perçu comme ayant été incarcéré pour ses activités politiques » affirme Tibor Nagy dans cette interview. Le ton est ainsi donné sur le contenu des échanges entre cet envoyé du président américain et le Cameroun. L’autorité Américaine n’entend pas arriver au Cameroun plaidé pour la libération de Maurice Kamto et Compagnie bien au contraire, il entend contraindre les autorités camerounaises à libérer ce dernier sans aucune condition.

Tibor Nagy au service des lobbies 

De nombreux observateurs s’interrogent sur l’opportunité de cette visite. Pourquoi ce n’est que maintenant que Donald Trump envoie son émissaire au Cameroun ? Pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant la réduction du soutien militaire dans le cadre de la guerre contre Boko Haram ? Autant d’interrogations qui démontrent clairement les buts avoués de cette visite surprenante de l’émissaire du président américain au Cameroun, le 17 mars prochain. A la vérité selon de nombreux observateurs, l’autorité Américaine arrive au Cameroun sous la contrainte de certains lobbies qui ont promis à Maurice Kamto, son soutien. Des lobbies dont une bonne partie est fortement implanté aux Etats-Unis d’Amérique.

En effet, avant la tenue de l’élection présidentielle du 07 octobre dernier, le quotidien L’Epervier annonçait des contacts très avancés entre le candidat Maurice Kamto et le ténébreux industriel américain Georges Sorro qui a la sombre réputation, d’être le tombeur des chefs d’Etat Africain. Sur ces informations, l’alerte avait été donnée le 14 août 2018 par l’ONG International Crise group qui faisait état de risques graves de violences post-électorales au Cameroun du fait de l’absence de consensus autour du Code électoral, amplifié par la situation politique dans les deux régions anglophones. Selon ce rapport, des opposants et mouvements sociaux allaient lancer des contestations post-électorales du fait des «fraudes » qui devaient avoir lieu.

Plus grave, ces officines estiment qu’il y aura un nouveau gouvernement car dans cette note, ils appellent le nouveau gouvernement à prendre des mesures pour résoudre le problème anglophone et restaurer la légitimité des élections au Cameroun. A la lecture de ce qui précède, il est claire que pour Georges Soros, la page de Paul Biya devait être tournée avec ou sans le consentement de son peuple. Au regard de l’agitation dont faisait montre Maurice Kamto qui affirmait qu’il devait être élu président au cours de la présidentielle du07 octobre 2018, il est clair le plan diabolique était en branle. Les casses dans les ambassades du Cameroun en France en Allemagne sont la preuve de cette détermination à plonger le Cameroun dans le chao et surtout amener les autorités de Yaoundé à interpeller leur protégé. Ainsi dit ainsi fait la preuve aujourd’hui, les Etats-Unis refusent de voir un autre acte pouvant accepter l’interpellation de Maurice Kamto si ce n’est pour des raisons politiques.

Le plan diabolique 

Le groupe de recherche International Crisis Group est l’une des officines que l’homme d’affaire, Georges Sorro utilise pour éventrer certains Etats à travers le monde. La mode opératoire est simple et bien huilée. Dans un premier temps, les « experts » de cette officine rendent public des rapports et notes d’analyse dans lesquels, ils font état de risques très grave de troubles dans un pays qui est la cible. Ensuite les rapports sont vulgarisés à travers différents mécanismes afin de préparer les esprits et légitimités les actions qui vont suivre. Enfin leurs relais qui sont pour la plus part la société civile et des opposants lancent des mouvements de contestation qui très rapidement grâce aux moyens colossaux mis à leur disposition se transforment en insurrection. La marche du 26 janvier 2019 était dont, la dernière articulation du plan avec l’interpellation de Maurice Kamto.

Aujourd’hui, le pouvoir de Yaoundé est sous la menace de sanctions américaines et peut-être pourquoi ne pas envisager un embargo sur les armes question d’affaiblir le pouvoir d’Etoudi. La position prise par les Etats-Unis au sujet de la crise anglophone est assez annonciatrice de ce qui adviendra si Maurice Kamto n’est pas libéré comme l’exigence les lobbies.

Source: L’Epervier N° 1308

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here