Bridgestone : Voici tout ce qu’il faut savoir sur la fermeture de l’usine de Béthune

0
11

Jeudi, le ministre de l’Industrie a annoncé que le projet alternatif parrainé par le gouvernement ne serait pas accepté par la direction du groupe.
La hache est tombée. L’administration Bridgestone a « fermé la porte » au plan de sauvetage de son usine de Python (Pas de Calais) et « fermé le site » qui emploie 863 personnes, a annoncé jeudi la ministre de l’Industrie Agnès. Pannier-Runacher.

Le ministre quittait une réunion en Python avec l’administration Bridgestone, des élus et des syndicats pour évaluer le projet que Percy avait proposé pour sauver le site de production de pneus.

Elle a expliqué que « Bridgestone a fermé la porte, et Bridgestone a quitté le site Python », et a annoncé: « Le scénario visant à maintenir l’activité de production de pneus gérée par Bridgestone a été clos. »

« Mais nous serons là aux côtés des salariés pour trouver les meilleures solutions », a souligné le ministre. «Nous nous efforcerons de préserver ce site de manière industrielle», a-t-elle ajouté, citant une production pionnière dans le domaine des batteries électriques.

Les élus et les syndicats attendaient une réponse de la direction au scénario alternatif proposé par Percy, qui prévoit la poursuite de l’activité tout en maintenant, selon les syndicats, «525 à 555 emplois» sur 863 du site.

Le projet alternatif mis en œuvre par le gouvernement n’a pas été sélectionné
Le ministre de l’Industrie s’était déjà rendu à Béthune le 6 novembre, rassurant en partie les salariés. Je leur ai déjà indiqué que l’Etat est prêt à participer au financement d’un investissement de cent millions d’euros nécessaire à un projet alternatif de fermeture du site. Il prévoit d’équiper l’usine pour produire 1,3 million de pneus par an d’ici 2025, avec une qualité supérieure au petit calibre actuellement fabriqué à Béthune.

Par conséquent, la connaissance de la position de l’administration sur cette alternative, qui s’est avérée négative, est restée jeudi.

L’annonce à la mi-septembre de la volonté du géant japonais du pneumatique de fermer son usine de Béthune en 2021 a déclenché un tollé politique, le gouvernement s’engageant à « deviner » le scénario qui a conduit au projet. .


SOURCE: https://www.w24news.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

[comment-form]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]