Cameroun : 224 hectares offerts aux investisseurs de l’Est

0

Cette annonce adressée aux opérateurs économiques intervient à la veille de l’interdiction d’exporter des grumes dans la zone Cemac, dans le but d’encourager la transformation locale du bois, à partir de janvier 2022.if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0_1’)}; .medrectangle-3-multi-128{border:none !important;display:block !important;float:none;line-height:0px;margin-bottom:15px !important;margin-left:0px !important;margin-right :0px !important;margin-top:15px !important;min-height:250px;min-width:250px;padding:0;text-align:center !important;}

Le directeur général de la Mission d’Aménagement et de Gestion des Zones Industrielles (Magzi) du Cameroun, Georges Christol Manon, a officiellement installé la semaine dernière à Bertoua le nouveau responsable de l’antenne Magzi pour la région de l’Est. A cette occasion, M. Manon a annoncé que cette société par actions possède un site du patrimoine mondial de 224 hectares de terres dans cette partie du Cameroun. « Ces zones sont disponibles, au cas où nous serions sollicités par les acteurs du marché », a déclaré le DG de Magzi.

Cette annonce, adressée aux opérateurs économiques, intervient à la veille de l’interdiction d’exporter des grumes dans la zone Cemac, dans le but d’encourager la transformation locale du bois, à partir de janvier 2022. Suite à cette décision, les espaces mis à disposition par Magzi permettent aux opérateurs dans le secteur forestier pour créer leurs unités de transformation dans la Région de l’Est, principale zone de production de bois au Cameroun.

Pour rappel, le Magzi est une société cotée en bourse dont la mission est de développer des zones industrielles à travers le pays. Ces espaces de service sont ensuite mis à disposition des acteurs du marché, moyennant des loyers, que cette entreprise publique a souvent du mal à récupérer auprès de certains locataires, apprend-on de bonnes sources. Par exemple, en juillet 2018, l’entreprise a dû envoyer des rappels à certains de ses locataires pour collecter environ 600 millions de FCFA de loyers impayés.

EF

#Cameroun #hectares #offerts #aux #investisseurs

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: