Cameroun : ces doléances que le secteur privé présentera à la DG Fiscalité demain 13 septembre à Douala

0

Modeste Mopa Fatoing effectue cette visite dans le cadre de la préparation de la loi de finances pour l’exercice 2023.

Le Cameroun ne dispose pas de base de données régulièrement mise à jour contribuant au renforcement des systèmes d’information financière des petites et moyennes entreprises (PME), ni de plateforme mettant en relation l’écosystème financier, les PME et tous les autres acteurs impliqués pour améliorer la qualité de la relation entre les banques et ces structures.

C’est dans ce cadre que le directeur général des impôts (DGI), Modeste Mopa Fatoing, se rendra à Douala, la capitale économique du pays, demain 13 septembre, pour des échanges et des consultations avec les acteurs du secteur privé. Ceci dans le cadre de la préparation de la loi de finances pour l’exercice 2023.

Dans la préparation du budget de l’exercice 2023, les actions du Plan Mondial de Réforme des Finances Publiques devraient continuer à renforcer l’utilisation du budget programme, tant dans le processus d’élaboration que dans sa présentation, sa mise en œuvre et son évaluation.

Les difficultés d’obtention de financement figurent parmi les principales contraintes qui freinent l’émergence et le développement des petites et moyennes entreprises (PME) au Cameroun, souvent en raison de l’asymétrie d’information entre les structures et les institutions financières.

Soucieux du développement économique du Cameroun, le Groupement inter-employeurs du Cameroun (GICAM) favorise notamment le renouvellement du tissu économique local, agit pour la transformation numérique du pays et prône l’émergence d’une génération de jeunes entrepreneurs.

Quant aux attentes, le secteur privé a toujours espéré que cette Stratégie Nationale de Développement (SND30) ne subira pas le même sort que le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE), si l’on se place dans la lignée des propos de Célestin Tawamba, Président du GICAM : « Le budget de l’Etat est un éléphant difficile à maigrir, il faut intégrer des réformes comme celles de la fiscalité. De plus, ce document souffre d’un manque de hiérarchisation claire. Trop planifier, il faut faire des choix ».

A noter que ce nouveau cadre de référence de la politique nationale vise à ramener la croissance économique du pays de 4,5% actuellement à 8% d’ici 2030.

Jean-Daniel Obama

#Cameroun #ces #doléances #secteur #privé #présentera #Fiscalité #demain #septembre #Douala

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire