Cameroun : Le projet de démantèlement de Camtel suscite déjà la controverse

0

Restructuration ou prélude à une braderie ?

Le gouvernement camerounais envisage de scinder Camtel, l’entreprise publique de télécommunications, en trois entités distinctes spécialisées dans le transport, le fixe et le mobile. Officiellement, cette restructuration vise à améliorer la compétitivité de l’entreprise. Cependant, certains craignent qu’il ne s’agisse en réalité d’une tentative de vendre des actifs lucratifs à des intérêts privés. Cette ouverture du capital à des investisseurs extérieurs suscite des suspicions, compte tenu des précédents de privatisations obscures dans d’autres secteurs stratégiques du pays.

Quid de la 4ème licence mobile accaparée par des « requins » ?

Le secteur de la téléphonie mobile au Cameroun a déjà été le théâtre d’un scandale impliquant des tractations douteuses entre les sphères politiques et des hommes d’affaires véreux. La 4ème licence 3G/4G a été bradée à une société étrangère qui était en réalité contrôlée par un consortium opaque dirigé par Baba Danpullo et associé à des intérêts vietnamiens. Cette affaire a été dénoncée par les perdants Orange et MTN, mais en vain. Dans ce contexte, il est difficile de croire en la vertu et l’intérêt général de la scission de Camtel.

Des doutes sérieux sur la viabilité des futures entités

La création d’une entité dédiée à la téléphonie fixe soulève des interrogations quant à sa pertinence, étant donné que ce segment est en déclin par rapport à la téléphonie mobile. Il est également légitime de se demander si le réseau de transport, dont Camtel garderait le contrôle en tant que holding, sera réellement utilisé par les opérateurs historiques. La viabilité de ces futures entités est donc remise en question.

Vers un nouveau fiasco coûteux ?

Avec des marges de manœuvre limitées, un environnement ultra-compétitif et des actionnaires potentiellement peu soucieux de l’intérêt général, la scission de Camtel pourrait bien se révéler être un échec coûteux pour le contribuable camerounais. Il est donc important de rester sceptique face à ce projet et de ne pas se laisser tromper par les discours prometteurs. L’histoire récente des privatisations et restructurations au Cameroun incite à la prudence.

Joël Mbida, 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire