La CEMAC enregistre une augmentation de 43% de ses réserves de change, principalement due au rapatriement des entreprises extractives.

0

Les réserves de change de la CEMAC en hausse de 43%

Selon le Rapport sur la politique monétaire de mars, les réserves de change de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEMAC) ont augmenté de 43% en rythme annuel pour atteindre 6 771,3 milliards de FCFA (10,3 milliards d’euros) au 31 janvier 2023. Cette hausse est principalement due à la hausse du prix du baril de pétrole brut, aux efforts de rapatriement des recettes d’exportation et à la forte augmentation des rachats de devises par les banques primaires pour le compte de leurs clients extractifs autorisés à ouvrir des devises, et pour la gestion des fonds de réhabilitation des terres (fonds RES).

Les sociétés pétrolières et minières contraintes d’appliquer les nouvelles règles boursières

Depuis le début de l’année 2022, les sociétés pétrolières et minières sont contraintes d’appliquer les nouvelles règles boursières, ce qui a entraîné une augmentation de 557 milliards de FCFA du volume de rachat de devises à la banque centrale. Les fonds rapatriés par les entreprises du secteur extractif ont été placés sur près de 500 comptes séquestres agréés par la Beac. Toutefois, leur alignement a permis de dynamiser l’enveloppe des rachats de devises dès la première année, qui est passée de 8.200 milliards en 2021 à près de 12.000 milliards en 2022, selon une note de la Beac.

Une augmentation attendue des réserves de change

Compte tenu du poids du secteur extractif dans la CEMAC et de la hausse importante du prix du baril de pétrole brut, l’institution monétaire s’attend à une augmentation plus importante des rétrocessions de ce secteur, ce qui poussera le volume des réserves de change à 7,6391,9 milliards d’ici la fin de cette année. Cependant, le rapatriement des devises pourrait avoir un impact plus important sur la position extérieure de la CEMAC, mais les sorties importantes pour l’achat de biens et services vont quelque peu freiner cette dynamique.

En somme, les réserves de change de la CEMAC ont connu une hausse significative grâce à la hausse du prix du baril de pétrole brut et aux efforts de rapatriement des recettes d’exportation. L’alignement des sociétés pétrolières et minières aux nouvelles règles boursières a également contribué à cette augmentation. Toutefois, l’impact du rapatriement des devises sur la position extérieure de la CEMAC reste à surveiller.

Mots clés: CEMAC, réserves, change, hausse, rapatriement, entreprises extractives, secteur extractif, règles boursières, position extérieure.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire