Home Economique Pourquoi les détenteurs des titres de l’emprunt obligataire 2023-2031 du Cameroun refusent de les vendre ?
Economique

Pourquoi les détenteurs des titres de l’emprunt obligataire 2023-2031 du Cameroun refusent de les vendre ?

Emprunt obligataire 2023-2031 du Cameroun : pourquoi les détenteurs des titres s’abstiennent de les céder

Au cours de sa 2e séance de cotation le 24 novembre 2023, le titre obligataire à tranches multiples 2023-2031 de l’État du Cameroun n’a enregistré aucune transaction. Malgré une demande timide de 700 titres, les détenteurs de ces valeurs ont choisi de les conserver. Cette réaction peut s’expliquer par le prix proposé à l’achat (10 000 FCFA) qui ne rapporte aucune plus-value pour l’instant. Cela témoigne d’une certaine confiance dans le titre, qui pourrait prendre de la valeur au fil des cotations.

Lors des séances de cotation des 23 et 24 novembre 2023, toutes les offres d’achat concernaient les valeurs de plus longue maturité (7 ans). Cela démontre que les détenteurs de cette catégorie de valeurs ont confiance en l’évolution à la hausse du titre sur le marché.

Une grande première dans la Cemac

L’emprunt obligataire 2023-2031 est la 7e opération de ce type réussie par le Cameroun sur le marché financier sous-régional. Il s’agit également du premier à tranches multiples expérimenté dans la zone Cemac. Cette opération offre aux investisseurs la possibilité de souscrire pour des maturités longues à des taux d’intérêt plus élevés, ou pour des maturités plus courtes à des taux d’intérêt plus bas. Cette flexibilité a contribué au succès de l’opération, au cours de laquelle le gouvernement a pu obtenir plus que les 150 milliards de FCFA recherchés.

Depuis le 23 novembre 2023, les investisseurs détenteurs de ces obligations de l’État du Cameroun peuvent les céder sur le marché financier s’ils ne souhaitent pas les conserver jusqu’à la date d’échéance. Les transactions peuvent être sanctionnées par une plus-value ou une décote, en fonction de l’intérêt que les investisseurs manifestent pour ce titre sur le marché.

En conclusion, malgré l’absence de transactions lors de la dernière séance de cotation, les détenteurs des titres obligataires 2023-2031 de l’État du Cameroun ont choisi de les conserver, témoignant ainsi de leur confiance dans l’évolution future de la valeur de ces titres. Cette opération, première du genre dans la zone Cemac, offre aux investisseurs une flexibilité intéressante en termes de maturités et de taux d’intérêt. Il sera intéressant de suivre l’évolution de ces titres lors des prochaines séances de cotation.

Brice R. Mbodiam

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Les audaces de Carlo Ancelotti avant le choc à Man City

Carlo Ancelotti prend des décisions audacieuses pour affronter Man City. Un choix...

Vie exemplaire : François Xavier Ngoubeyou, un dévouement sans faille

François Xavier Ngoubeyou, ancien ministre, honoré pour son dévouement au Cameroun. Sa...

Déficit commercial au Cameroun : une aggravation de 260 milliards FCFA en six ans

Le déficit de la balance commerciale du Cameroun a augmenté de 260...

Exportations d’huile de palme : le Cameroun en quête de solutions

Le Cameroun exporte plus de 650 tonnes d'huile de palme en 2022...