France 24 suspendue au Burkina Faso pour un entretien avec le chef d’Al-Qaïda

0

La suspension de la diffusion de France 24 sur tout le Burkina Faso a été annoncée par le gouvernement du Burkina Faso, qui accuse la chaîne française d’avoir diffusé début mars une interview du chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

En effet, France 24 avait diffusé des réponses écrites d’Abou Obeida Youssef al-Annabi, le patron d’AQMI, à une quinzaine de questions du journaliste de la chaîne française et spécialiste des questions djihadistes, Wassim Nasr. Cette décision du gouvernement burkinabé intervient après l’arrêt de la radio RFI en décembre 2022, dans le but d’assurer le retour de la paix et de la stabilité dans le pays.

Une décision controversée

La décision du gouvernement burkinabé a été critiquée par la direction de France 24, qui a déploré cette décision et contesté les allégations qui, selon elle, mettaient en doute le professionnalisme de la chaîne. Cette suspension est la deuxième du genre après celle de RFI en décembre 2022. Pour le gouvernement burkinabé, cette décision vise à inciter les médias à contribuer plutôt au retour de la paix et de la stabilité dans le pays. Cependant, cette décision est controversée et a suscité des débats sur la liberté d’expression et la responsabilité des médias.

La conversation qui a tout déclenché

Le 6 mars, France 24 diffusait une interview écrite d’Abou Obeida Youssef al-Annabi, le patron d’AQMI, dans laquelle il répondait à quinze questions du journaliste de la chaîne française et spécialiste des questions djihadistes, Wassim Nasr. Cet entretien a suscité l’indignation des autorités burkinabé qui reprochaient à France 24 d’avoir fourni un champ de légitimation aux actions terroristes et aux discours de haine de l’organisation AQMI sévissant dans la région. Selon les autorités burkinabé, la diffusion de cet entretien constitue une menace à la sécurité nationale et à la stabilité de la région.

Une décision controversée

La décision du gouvernement burkinabé de suspendre la diffusion de France 24 a été controversée et a suscité des débats sur la liberté d’expression et la responsabilité des médias. Certains estiment que la suspension de France 24 est une atteinte à la liberté de la presse et à la liberté d’expression. D’autres, cependant, soutiennent que la diffusion d’entretiens avec des terroristes constitue une menace pour la sécurité nationale et la stabilité régionale.

La suspension de France 24 au Burkina Faso intervient dans un contexte de crise sécuritaire et de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel. Depuis plusieurs années, la région est confrontée à une insécurité croissante, caractérisée par des attentats terroristes récurrents, des enlèvements et des assassinats de civils et de militaires.

##Lucien Langman / 237online.com

#France #suspendue #Burkina #Faso #pour #entretien #avec #chef #dAlQaïda

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire