Home Economique Le gouvernement camerounais prévoit de lancer son huitième emprunt obligataire en 2024, d’un montant de 200 milliards de FCFA.
Economique

Le gouvernement camerounais prévoit de lancer son huitième emprunt obligataire en 2024, d’un montant de 200 milliards de FCFA.

L’État du Cameroun envisage de lancer son 8e emprunt obligataire en 2024

Selon les prévisions du ministère des Finances, le Trésor public camerounais prévoit de réaliser une nouvelle émission obligataire à la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (Bvmac) en avril 2024. Cette opération, la 8e de l’histoire des finances publiques camerounaises, vise à mobiliser 200 milliards de FCFA pour financer des projets d’infrastructures dans le pays. Les détails de ces projets seront révélés dans la note d’information, une exigence réglementaire en matière d’appel public à l’épargne.

Retour sur la dernière émission obligataire au Cameroun

La dernière émission obligataire au Cameroun remonte à l’année 2023. Initialement prévue pour un montant de 200 milliards de FCFA, elle avait été réduite à 150 milliards de FCFA en raison des conditions difficiles du marché. Pour la première fois dans la zone Cemac, le Cameroun avait opté pour un emprunt à taux multiples, une stratégie qui s’est avérée gagnante. Au final, le pays a réussi à mobiliser une cagnotte de 176,7 milliards de FCFA, après une surallocation autorisée par le régulateur du marché financier sous-régional.

Perspectives pour l’emprunt obligataire de 2024

Avec cette nouvelle émission obligataire prévue en 2024, le Cameroun espère mobiliser les fonds nécessaires pour financer ses projets d’infrastructures. Cette opération s’inscrit dans la continuité des efforts du gouvernement pour développer le pays et stimuler la croissance économique. Les investisseurs seront attentifs aux détails des projets et à la performance du marché financier lors de cette émission.

Mots clés: État, Cameroun, emprunt obligataire, Bvmac, projets d’infrastructures, finances publiques, marché financier, taux multiples, régulateur, croissance économique.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

[quads id=1]