Home Actualité Cameroun Scandale financier à l’université de Ngaoundéré : Les dessous troubles du recteur dévoilés
Actualité CamerounEconomiqueSociété

Scandale financier à l’université de Ngaoundéré : Les dessous troubles du recteur dévoilés

Une information troublante a récemment fait surface, mettant en cause le recteur de l’université de Ngaoundéré. Le journaliste et lanceur d’alerte Boris Bertolt a publié des détails accablants sur ses différentes plateformes, révélant les allégations de détournement de fonds portées par le contrôleur financier à l’encontre du recteur.

Dans une lettre datée du 20 mars 2024, adressée au recteur de l’université de Ngaoundéré, Mamoudou Abdoulmoumini, le contrôleur financier demande à ce dernier de cesser de gaspiller l’argent du contribuable. Le contrôleur financier a constaté que le recteur avait pris l’habitude de justifier les gratifications accordées à certains membres du personnel lors de certaines activités en se basant sur l’arrêté n°025/CAB/PM du 05 février 2019, qui fixe le montant des indemnités de session versées lors des travaux de comités et groupes de travail interministériels et ministériels.

Cependant, selon Boris Bertolt, le contrôleur financier estime qu’il s’agit là d’une violation de la loi. Il soutient que l’arrêté d’application du décret du Premier ministre concernant les montants des indemnités de session versées lors des comités et groupes de travail interministériels et ministériels ne devrait pas s’appliquer à l’université pour justifier les gratifications accordées à certains membres du personnel.

De plus, il est clairement précisé dans les deux textes du Premier ministre qu’il s’agit des groupes de travail interministériels et ministériels. Or, l’université de Ngaoundéré n’est pas un ministère, mais plutôt un établissement public, scientifique et culturel.

En conséquence, le contrôleur financier demande au recteur de mettre fin à cette pratique. À défaut, le recteur Mamoudou Abdoulmoumini sera signalé au ministère des Finances, conclut Le ministère des Finances

Ces révélations ont suscité une profonde indignation au sein de la communauté universitaire et dans l’opinion publique. La confiance envers les responsables de l’université de Ngaoundéré est ébranlée, et les étudiants, le personnel et les contribuables réclament des comptes.

Il est impératif que des mesures soient prises pour faire la lumière sur cette affaire. Une enquête approfondie et indépendante doit être menée pour vérifier les allégations de détournement de fonds et établir la responsabilité de chacun. Il est essentiel que la transparence et l’intégrité soient rétablies au sein de l’université.

Le ministère des Finances doit également prendre ces accusations au sérieux et agir en conséquence. Si les allégations de détournement de fonds sont avérées, des sanctions appropriées doivent être prononcées, conformément à la loi, pour dissuader de tels actes à l’avenir.

Il est crucial que les institutions chargées de la gouvernance et de la supervision des universités veillent à ce que des mécanismes de contrôle et de reddition de comptes adéquats soient en place pour prévenir les abus financiers. La gestion des ressources publiques doit être transparente et responsable, afin de garantir une utilisation efficiente des fonds destinés à l’éducation et au développement académique.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[quads id=1]