Partagez avec vos amis

Emmanuel Macron a-t-il péché par orgueil avec la réforme des retraites ? Certes la volonté de créer un système universel à points à régime unique en remplacement de l’édifice complexe des 42 régimes spéciaux figurait bien dans son programme de campagne, mais, comme l’a récemment fait remarquer l’économiste Elie Cohen, « il n’y avait aucune nécessité à faire une réforme d’une telle ampleur maintenant. Nulle urgence financière, nul bénéfice avéré, nulle demande sociale pressante. Seul le dessein réformateur d’un Président qui entendait faire place nette dans le maquis des régimes a dicté l’agenda. »

C’est bien, effectivement, la farouche volonté d’Emmanuel Macron de se poser en Président-réformateur – au contraire de ses prédécesseurs qui n’ont rien fait à ses yeux – qui conduit aujourd’hui le gouvernement à faire face à la plus importante mobilisation sociale depuis le début du quinquennat. Une mobilisation qui, de plus et pour la première fois, permet – sinon la fameuse convergence des luttes espérée par certains mais que le Président a toujours su déjouer – la coagulation de colères diverses. Urgences puis hôpitaux, étudiants, policiers, sapeurs-pompiers, enseignants, agriculteurs, avocats se sont retrouvés dans la rue ces dernières semaines… sans compter la poursuite du mouvement des Gilets jaunes, réduit mais persistant.

C’est dire si, dans ce contexte, le gouvernement redoute que le « jeudi noir » contre la réforme des retraites soit le détonateur d’un blocage durable.

Dès lors, depuis plusieurs jours l’exécutif s’attache à déminer un mouvement qui est massivement soutenu par l’opinion – 66 % de Français l’approuvent selon Odoxa – et que les oppositions politiques imaginent déjà comme « un grand coup de semonce » à même de faire chuter un gouvernement entêté comme le fut celui d’Alain Juppé en 1995…

Nouvelles consultations

« Le gouvernement mettra tout en œuvre pour accompagner au mieux les Français », a assuré leouvert au dialogue qui a convoqué vendredi une réunion de crise avec les ministres concernés et, hier, un séminaire gouvernemental.

Le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye a confirmé vendredi qu’il recevrait de nouveau, pour une ultime opération déminage, « toutes les organisations syndicales entre maintenant et le 5 décembre ». « Il faut être attentif à ne pas transformer ce 5 décembre en match mortifère. On a besoin des syndicats », a-t-il plaidé.

L’exécutif fait toutefois souffler le chaud et le froid. D’un côté, il crie haro sur les régimes spéciaux « d’une autre époque » et leurs « revendications corporatistes » ; des éléments de communications qui ne passent cependant pas dans l’opinion puisque les deux-tiers des Français considèrent que la grève de jeudi est bien « avant tout une mobilisation contre la réforme de l’ensemble du système de retraites. »

Et de l’autre côté, le gouvernement reste « ouvert au dialogue » avec les partenaires sociaux et semble prêt à des concessions aux syndicats, sur les droits familiaux, la pénibilité, les « garanties » attendues par les enseignants, voire sur l’entrée en vigueur de la réforme qui pourrait se faire au-delà de 2025.Cela sera-t-il suffisant pour désamorcer la journée du 5 décembre ? Probablement pas, les opposants à la réforme comme ceux au gouvernement entendent bien se compter. De ce rapport de force Emmanuel Macron devra en tout cas tirer arbitrage : renoncer à la réforme serait nier la marque réformatrice sous laquelle il a placé son quinquennat ; maintenir le projet initial est désormais irréaliste ; réformer avec une kyrielle de concessions semble pour Emmanuel Macron la seule voie médiane pour résoudre cette mission impossible…

source https://www.ladepeche.fr/2019/12/02/semaine-a-hauts-risques-pour-emmanuel-macron,8576212.php

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here