Sur sa page Facebook, Olivier Bibou Nissack fait le rapport de cette autre audience qui a eu lieu au Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé si au quartier Ekounou, ce 30 août 2019.

Selon ce rapport du porte-parole du parti du Pr Maurice Kamto, « Le Tribunal prononce la relaxe de deux des détenus politiques de l’alliance MRC & ALLIÉS  »au bénéfice du doute » », rapporte-t-il.

Par ailleurs, « Les deux autres détenus politiques MRC & ALLIÉS concernés par cette audience sont déclarés  »non coupables » de  »tentative d’évasion et destruction en coaction' » ».

Mais à l’issue, de cette décision de la Justice, Olivier Bibou Nissack constate un paradoxe : « Cependant, le Tribunal déclare ces deux derniers  »coupable de rébellion en groupe » », regrette-t-il.

Voici donc l’intégralité de ce compte rendu d’audience tel que rédigé par le porte-parole du parti proclamé deuxième à l’élection du 7 octobre 2018

Tribunal de Première Instance (TPI) de Yaoundé-Ekounou, vendredi 30 août 2019, victoire mitigée de la défense MRC & ALLIÉS.

Dans la procédure de Flagrant Délit liée aux revendications non violentes suivies d’une mutinerie orchestrée par des malfrats à la Prison Centrale de Yaoundé-Kondengui le 22 juillet 2019, l’audience présidée par la juge Sanama Ekassi Gertrude avec pour le Ministère Public dame Onomo Messina épouse Bidias, vient de rendre sa décision.

Le Tribunal prononce la relaxe de deux des détenus politiques de l’alliance MRC & ALLIÉS  »au bénéfice du doute ». Les deux autres détenus politiques MRC & ALLIÉS concernés par cette audience sont déclarés  »non coupables » de  »tentative d’évasion et destruction en coaction ». Cependant, le Tribunal déclare ces deux derniers  »coupable de rébellion en groupe ».

Après la brillante et émouvante plaidoirie de la défense, la présidente d’audience rédige la décision définitive et condamne en répression les deux détenus politiques reconnus  »coupables de rébellion en groupe », à 24 mois de prison ferme chacun.

Les codétenus Anglophones reconnus par contre coupables des 3 infractions sont condamnées à 36 mois d’emprisonnement ferme chacun.

Il faut rappeler que les revendications pacifiques conduites à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui ce 22 juillet 2019 ont eu pour conséquence la prise en compte des griefs soulevés par les manifestants pacifiques (anglophones pour la plupart) et la prise de mesures initiées officiellement pour y remédier.

Aujourd’hui ceux dont ont été reconnus la pertinence et le bien-fondé des revendications pacifiques, font l’objet de condamnations pénales dans le cadre de procès à l’orthodoxie judiciaire douteuse. Des personnes identifient des dysfonctionnements, les dénoncent et proposent de les résoudre ; les propositions sont prises en compte et en retour les auteurs desdites propositions de solutions sont condamnés lourdement par les juridictions pénales. Quel paradoxe injuste lorsque l’on parle de  »justice’‘ !!!

BN

TramolJudiciaireOverdose

IlsBoxentLeDroit

NousBoxonsPourLeDroit

Source: lebledparle.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here