L’avocate camerounaise était en vedette ce dimanche sur Equinoxe Tv. Une chaîne privée émettant depuis Douala au Cameroun. Elle fait des révélations.
Un grand moment de télévision. Du moins, c’est l’avis que partage plusieurs camerounais à la veille de ce programme tv. Grand invité de l’émission, « la vérité en Face », maître Alice Nkom en profite pour revenir sur certains sujets brulant de l’actualité camerounaise. Il s’agit en gros de ce qu’on appelle le plus gros scandale financier de l’histoire du Cameroun.

En plus clair, c’est de l’affaire de l’achat de l’avion de Paul Biya. Un feuilleton qui conduit en prison, plusieurs ministres, et proches du système. Surfant sur le fait, la militante des droits de l’homme ne cache pas ses émotions. « C’est dommage que vous n’ayez pas été au procès de Marafa et de Yves Michel Fotso… Ceux qui ont été là bas même les plus farouches opposants de ces deux là ont dit que c’est difficile ». Lance celle-ci.

Détournement
Plus loin, elle plante le décor sur le sujet. « Marafa est poursuivit avec Fotso pour détournement de la somme de 39 millions de dollars américains. Cette somme qui sert à la fabrication et à l’achat de l’avion du président de la République ». Par la suite, elle dénonce l’idée de Paul Biya de s’offrir le luxe d’un avion à une période aussi cruciale de l’économie camerounaise.

« Il décide de cet achat à un moment où le fond monétaire est dans nos murs. Ceci, pour mauvaise gestion. Le Fmi tente de nous amené à assainir les finances pour nous éviter les dévaluations sur dévaluations. Donc lui-même a engagé cette opération comme un enfant qui triche à l’école. Qui a des antisèches, parce qu’il n’avait pas le droit de s’acheter un avion à ce moment là ». Poursuit Alice Nkom visiblement sous la colère.

Priorité
Pour elle, acheté un avion pour le président à cette période là est simplement un suicide. « Mais il le fait pendant cette période là ». On apprend aussi de celle-ci, que le vieux lion confie ce dossier à Marafa Hamidou Yaya. A l’époque des faits, il est Secrétaire général de la présidence de la République. A son tour, il contacte Yves Michel Fotso, qui administre de la Camair.

Il lui demande s’il peut à la demande du président, en négociant les avions de la Camair, introduire un autre dossier. Il s’agit d’acquérir un avion présidentiel tout neuf. Ceci, « pour lui permettre, de faire ses déplacements. Comme Ahidjo le faisait avec un avion qui est toujours là, qu’on appelle le Pélican. Paul Biya n’a jamais voulu monté dans cet avion pour les raisons qui lui sont propres ». Indique l’avocat.

Source: camerounweb.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here