Cameroun: Elecam donne le ton à la réforme de la loi électorale, très désapprouvée par Maurice Kamto

0
68

Dans une circulaire, le directeur général des élections, Erik Essousse, demande aux délégués régionaux d’Elecam de proposer des amendements à la loi électorale.

« J’ai l’honneur de vous inviter à bien vouloir délibérer et à soumettre dans un délai d’une semaine vos propositions de modification de la loi électorale au Cameroun », a écrit le PDG d’Elecam dans la circulaire du 19 février 2021.

Afin de diffuser un large réseau et d’enrichir ses propositions de modification de la loi sur le code électoral, l’Administration générale Elecam sollicite la contribution de ses divisions territoriales, qui échangent régulièrement avec les représentants des partis politiques de l’opposition. .

Le gouvernement n’a pas encore communiqué officiellement sur un éventuel projet de révision de la loi sur le code électoral. Cependant, le ton donné au sein de l’organe chargé de l’organisation des élections au Cameroun reflète la couleur d’un éventuel amendement à la loi électorale.

Ce changement a longtemps été fortement réclamé par l’opposition dont la figure de proue, Maurice Kamto, président du Mouvement de la Renaissance du Cameroun, a décidé de ne plus se présenter aux élections à moins que des réformes profondes et consensuelles soient mises en œuvre dans la loi électorale actuelle.

«En 2012, après des décennies d’élections toujours disputées et de dialogue de sourds entre le gouvernement d’une part, l’opposition et la société civile d’autre part, une loi électorale a été votée. Mais au lieu de créer de la sérénité et de la confiance dans le processus électoral, il a au contraire renforcé la méfiance à l’égard du système électoral national au sein de la classe politique et du public, en raison du manque de consensus lors de la préparation et du vote. Certes, la loi électorale en vigueur implique des progrès; Cependant, il faut reconnaître que dès le premier examen des élections sénatoriales puis des élections législatives et municipales combinées de 2013, il a révélé de nombreuses lacunes et lacunes, ainsi que certaines incohérences et dysfonctionnements dans les dispositions favorisant les irrégularités tout au long du processus électoral. C’est pour y remédier que le CHR a soumis le projet de loi modifiant certaines dispositions de la loi électorale à l’enquête et au vote de la réunion d’août », a déclaré le parti de Maurice Kamto dans un document publié le 15 janvier 2019.

Note circulaire de la DG Elecam aux délégués régionaux (c) ELECAM



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.