Cameroun – Réformes démocratiques: La présidente du Mouvement populaire pour le dialogue et la réconciliation, Shanda Tonme, présente sa charte de référence pour l’éthique

0
36

Le document, qui tourne autour d’une dizaine de points, a été présenté à Yaoundé le 7 avril 2021.

Jamais à court d’idées et de propositions pour un Cameroun pacifique, prospère et démocratique, le président du Mouvement populaire pour le dialogue et la réconciliation (MPDR), Shanda Tonme, vient de dévoiler une nouvelle contribution pour déterminer les actions, initiatives et ambitions pour le bon fonctionnement du pays.

concerne le Référence de la charte éthiqueDans l’édition kiosque du 9 avril 2021, le quotidien Le Messager présente quelques grandes lignes de ce document qui s’articule autour de dix points. Le premier point indique que «  Le territoire de la République du Cameroun est un et indivisible, tel que reconnu et engagé par le droit international, les Nations Unies, l’Union africaine, l’Organisation internationale de la Francophonie, l’Organisation du Commonwealth et l’ensemble des institutions et instruments, traités, arrangements et autres acteurs bilatéraux dans les relations diplomatiques », nous pouvons lire.

Parce que le Cameroun est un et indivisible, poursuit le journal, «L’action, avant toute ambition égoïste, signifie avant tout promouvoir le bonheur de tous les Camerounais sans exclusion. Il n’a aucune intention de discrimination, de sectarisme, de marginalisation et de polarisation. Elle doit à tout moment et à tous points de vue servir de levain d’unité nationale, d’intégration nationale et de développement ».

Selon le journal, le Code de référence pour l’éthique pour contribuer à la réflexion sur les réformes démocratiques et républicaines dans la section 6 stipule que « Les Camerounais sont attachés à leur pays, jurant et faisant campagne pour donner la priorité dans tous les cas, en toutes circonstances, à un dialogue inclusif, participatif, transparent, juste et sincère pour des solutions pragmatiques aux problèmes du pays ».

Et pour susciter ce dialogue inclusif, «Promouvoir la violence, la haine et la vengeance, quelle qu’en soit la motivation, est un crime impardonnable et une trahison des intérêts nationaux. C’est totalement contraire à la quête collective, permanente et inlassable du bonheur et de la paix », prescrit le document préparé par le président du MPDR. Shanda Tonme indiquant ladite charte « Est un ciment d’un engagement social honnête, ainsi qu’un répertoire moral fraternel et unifié dont les partis politiques, les personnalités indépendantes de chaque statut sont librement inspirés, sans aucune réserve sous peine de trahir les intérêts nationaux du Cameroun ».



Source link

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis



Lire aussi  Présidentielle aux USA: Voici pourquoi Etoudi craint la victoire de Joe Biden