Home Actualité Cameroun La retraite politique au Cameroun : entre débat et moqueries autour de Niat Njifenji
Actualité CamerounCulturePolitique

La retraite politique au Cameroun : entre débat et moqueries autour de Niat Njifenji

Depuis quelques heures, le président du Sénat, Marcel Niat Njifenji, se la coule douce dans son interminable ranch de Bangangté, dans la région de l’Ouest. Pour le patriarche visiblement essoufflé, un comité de laudateurs a préparé toute une haie d’honneur. Des danseurs, en majorité des femmes habillées du fameux pagne, se trémoussaient le long du parcours qui allait de Tonga à Bangangté, en passant par Bantoum et Banekane. Pour l’occasion, les médias d’État ont rapidement parlé de mobilisation spontanée, alors qu’au sein des comités, des enveloppes de 2000 FCFA étaient encore disputées. Toute cette agitation est un leurre destiné à faire croire à Etoudi que le successeur constitutionnel est adulé dans son Ndé natal. Or, la réalité est tout autre. À Bangangté, nombreux sont les jeunes qui assimilent l’entêtement de Niat à rester en activité à de l’égocentrisme.

Alors que même dans l’arrière-pays, les septuagénaires ont déserté les champs, faute d’énergie humaine, à Yaoundé, trois nonagénaires écument les palais tels des mauvais esprits et tentent de dissuader la jeunesse de vivre son supplice au bercail.

Ces mots cinglants, extraits d’un article récent, reflètent l’opinion d’un journal qui se moque publiquement de la situation actuelle. Cependant, il est important de souligner que cet article doit être considéré avec prudence, car il semble manquer d’objectivité et de neutralité. Il est essentiel d’aborder cette question de manière équilibrée, en prenant en compte les différents points de vue.

La question de la retraite des hauts responsables politiques et administratifs est un sujet délicat et complexe. D’un côté, il est légitime de se demander si certains dirigeants devraient continuer à occuper des postes de pouvoir à un âge avancé, alors que de nombreux jeunes aspirent à des opportunités et à un renouveau politique. D’un autre côté, il convient de reconnaître l’expérience et le savoir-faire accumulés par ces personnes au fil des années, qui peuvent être précieux pour la continuité et la stabilité des institutions.

Il est important d’adopter une approche équilibrée et objective dans l’évaluation de cette question. Il convient de prendre en compte les compétences, l’état de santé et la capacité à exercer les fonctions requises, plutôt que de se concentrer uniquement sur l’âge des individus concernés.

Dans le cas spécifique de Marcel Niat Njifenji, il est essentiel de respecter les procédures constitutionnelles et légales en place pour la nomination et la retraite des responsables politiques. Si des préoccupations légitimes sont soulevées quant à sa capacité à remplir efficacement ses fonctions, il est nécessaire de les aborder de manière appropriée, conformément aux lois et règlements en vigueur.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Scandale à Yaoundé : un ministre et son épouse accusés de voler 10 milliards FCFA

Au Cameroun, la corruption des autorités est dénoncée. Boris Bertolt révèle que...

Nouveau bureau à Yaoundé : AVIcenter révolutionne la garantie bancaire pour les études

AVIcenter inaugure son nouveau bureau à Yaoundé, offrant un environnement de travail...

Déploiement massif de l’armée au Cameroun: la sécurité renforcée à Yaoundé et ailleurs

L'armée camerounaise déployée dans plusieurs villes pour assurer la sécurité avant la...

[quads id=1]