Partagez avec vos amis

L’offre du groupement italo-suisse est, de très loin, supérieure aux miettes que Bolloré-AP M Terminais verse actuellement au Trésor.

En dépit de contorsions juridiques sur fond de néocolonialisme et de guerre d’influence, le groupe Bolloré est considéré par plusieurs analystes comme un opérateur véreux du terminal à conteneurs du autonome de Douala (PAD).
A travers une communication insidieuse et savamment mensongère, le Français a embouché la trompette de la victimisation, remue ciel et terre pour ne pas se faire éjecter de ladite place portuaire, où il semble pris un titre foncier.

Dans une lettre datée du 12 septembre, adressée au président Paul Biya. Le patron groupe familial éponyme Cyrille Bolloré, slalome entre chantage et la pitié. Comme une menace sibylline, il signe ainsi sa missive de sa blanche main : « veuillez recevoir les souvenirs très amicaux de Vincent Bolloré » Une manière insidieuse te laisser planer les incertitudes si jamais son groupe était définitivement écarté du très la juteux termina à conteneurs.

Ce serait pourtant, à l’heure actuelle, la meilleure chose puisse arriver à l’économie camerounaise, dont le PAD constitue l’un des poumons. Désigné adjudicataire provisoire, l’opérateur italo-suisse Terminal investment Ltd (TIL) a en effet cassé la tirelire pour remporter la mise avec une note de 95,5/100, contre 75,5/100 à son principal challenger, Dubai Ports World (DPW).
De façon concrète, le consortium a mis sur la table 357 milliards FCFA pour le Trésor public sur 15 ans d’exploitation du terminal à conteneurs de Douala. Ce montant, rapproché à celui actuellement payé par le franco-danois Bolloré-APM Terminals (APMT), soit 62 milliards F CFA, fait clairement apparaître un avantage en revenus de l’ordre de +576% pour le Cameroun.

Dans la mène veine, TIL a proposé au PAD un programme d’investissements de 153 milliards FCfa. Soit 294% de plus que l’actuel opérateur qui verse 52 milliards FCfa pour la concession actuelle, à travers Douala International Terminal (DIT). Les avantages proposés par TIL, par rapport à APMT, concerrnent également les redevances de concession soit +576%.

S’agissant de la participation nationale au capital, le candidat à l’exploitation du terminal veut la passer à 45% au lieu des 6% et 2,5% jusque-là concédés par Bolloré et son partenaire danois Maerks respectivement au PAD et aux nationaux.

Mais, souhaitant visiblement ne rien céder à personne, le boulimique milliardaire breton entend s’incruster à Douala, qui ne lui suffit plus. Au nouveau port en eau profonde de Kribi, le consortium composé de Bolloré Transport & Logistics et CMA CGM et la China Harbour Engineering Company (CHEC) est également depuis Ie25 juillet 2017 en charge de l’exploitation du terminal à conteneurs pour 25 ans.

Hors du Cameroun, l’envahissant et très controversé néo-colon commence à agacer dans d’autres Etats africains, où sa présence commence à bien faire. Il est sans temps que Yaoundé songe très sérieusement à rompre le cordon ombilical de la Françafrique, ostentatoirement incarnée par Vincent Bolloré.

Source: Dailynewscameroon.com

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here