Coronavirus: Voici ce que devient le traitement de Mgr Kleda

0
749

Au-delà de la bonne volonté dont font preuve les autorités camerounaises depuis l’émergence du nouveau coronavirus, l’action est importante.

Dans un tweet du lundi 27 avril 2020, la ministre de la Santé Manaouda Malachie a fait preuve d’un patriotisme assez étonnant: «Je viens d’entrer chez Mgr [Samuel Kléda] cet après-midi pour qu’une équipe dirigée par le directeur de la pharmacie se rend à Douala, pour évaluer son processus et le soutenir à tous les niveaux », écrit-il en termes de contenu. Près de vingt minutes plus tard, le membre du gouvernement a également annoncé son intention d’expérimenter une autre solution du président malgache, qui était au centre d’une vive polémique alimentée par des pharmacies occidentales frappées par la fiabilité scientifique de la recette «locale» ou africaine. trouvé par le leader africain.

Après tout, bonne volonté. Car plus tard, des personnalités inimaginables ont été déportées à Douala, parfois sous prétexte de remercier le dignitaire catholique ou de remercier une certaine hiérarchie du pouvoir. Outre le petit soutien financier que certaines personnes apportent à titre personnel ou pour le compte d’un dirigeant, la question de l’accompagnement se pose. Aucune action forte n’a été prise, du moins pas officiellement, à la suite du débat public du chef de la santé et de la réapparition de certains de ses collègues, dont le ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation. Par conséquent, le propriétaire des marques déposées Elixir-Covid et Covid-Adsad doit continuer à être satisfait de la production artisanale, avec les conséquences évidentes du stockage, parfois en raison du manque de matières premières, c’est-à-dire des essences à utiliser dans la fabrication du produit.

Ces interruptions sont d’autant plus évidentes que dans ce cas l’offre reste bien inférieure à la demande. En raison de la propagation du virus lui-même en raison du relâchement des mesures de barrière. De plus, toutes les questions pertinentes se posent. En tant que garant de la santé de la population, le gouvernement est-il vraiment sincère lorsqu’il annonce, par l’intermédiaire du ministre de la Santé, sa volonté de soutenir la production de masse des produits utilisés par notre compatriote Kléda? Dans l’affirmative, pourquoi ne pèse-t-elle pas tout son poids en termes de production industrielle pour que ces produits se retrouvent dans les rayons des pharmacies des hôpitaux publics avec d’autres offres?

Certes, il y a cette initiative louable le 25 juin 2020 au Palais des Congrès de Yaoundé, où le gouvernement et les députés ont participé à un échange avec des phytothérapeutes pratiquants qui ont proposé des kits de traitement à base de plantes dans leurs dix stands. Mais pourquoi le financement ne suit-il pas toutes ces initiatives déjà proposées?

ref: camerounweb

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]