Avocat Charly Noah : « Le juge a ordonné sa libération d’Amougou Belinga en appliquant la loi »

0

Une ordonnance de libération fondée sur le droit

Dans l’affaire de l’assassinat du journaliste Martinez Zogo, le juge d’instruction avait initialement rendu une ordonnance ordonnant la libération d’Amougou Belinga et du patron des renseignements Eko Eko. Cette décision a été annulée peu de temps après, mais l’avocat Charly Noah rappelle que la première ordonnance était parfaitement légale. Selon lui, cette décision était conforme à la Constitution camerounaise, qui garantit la liberté et la sécurité de chaque individu. Il souligne également que le Code de procédure pénale autorise le juge d’instruction à lever le mandat de détention provisoire à tout moment de la procédure.

Un texte qui consacre le caractère exceptionnel de la détention

L’avocat Charly Noah met en avant le caractère exceptionnel de la détention provisoire dans le droit camerounais. Selon lui, cette mesure ne peut être maintenue sans base légale et doit respecter le principe de proportionnalité. Il rappelle que les organisations de protection des droits de l’homme ont pour mission de veiller au respect de la liberté individuelle des Camerounais face à la tentation de l’arbitraire de l’État.

La présomption d’innocence doit primer

Pour l’avocat Charly Noah, la présomption d’innocence doit primer dans le cas d’Amougou Belinga et Eko Eko. Malgré les charges qui pèsent contre eux dans l’assassinat du journaliste Martinez Zogo, il est essentiel de respecter les droits de la défense tout au long de la procédure. L’avocat espère que son argumentation trouvera un écho favorable auprès de l’appareil judiciaire camerounais, qui devra décider de maintenir ou non les mis en cause en détention.

Mots clés : avocat, Charly Noah, juge, loi, ordonnant, libération, Amougou Belinga, détention provisoire, présomption d’innocence, droits de la défense.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire