Cameroun – Cybercriminalité : La police arrête un escroc qui avait usurpé l’identité de plusieurs ministres

0

Emile Sone Ngolle avait créé de faux comptes au nom de Paul Tasong, Rose Mbah Acha. Nalova Lyonga, Viviane Acheri Kilo, Victor Mengot. Il a été emporté dans la place Souza (Littoral).

Un cybercriminel derrière les barreaux. Le dénommé Emile Sone Ngolle vient d’être mis à l’écart par la Direction Régionale de la Police Judiciaire du Centre. Ce condamné avait créé des comptes Facebook au nom de divers ministres et extorqué de l’argent aux gens en se faisant passer pour eux. Alors les citoyens lui ont envoyé de l’argent en supposant qu’ils le signifiaient pour la ministre déléguée au contrôle suprême de l’État Rose Mbah Acha, la ministre des Enseignements secondaires Nalova Lyonga, la secrétaire d’État à l’Enseignement primaire Viviane Acheri Kilo, au ministre chargé des missions auprès de la Présidence de la République de Victor Arrey Mengot ou au Vice-Ministre du Ministre de l’Economie Paul Tasong. Ce dernier a témoigné dans le message diffusé sur l’antenne du National Post de la CRTV le 7 septembre 2022.

« Cela m’a frappé lorsque ma famille et même des proches m’ont tendu la main pour dire: » Ouais, nous avons fait ce que vous avez dit là-bas. Nous avons envoyé l’argent que vous avez demandé. Je dis: « A qui avez-vous envoyé de l’argent? » « Non, dans un chat sur Facebook Messenger vous avez dit qu’il fallait envoyer une telle somme d’argent et surtout pour les concours de recrutement dans les grandes écoles », a révélé ce membre du gouvernement.

L’Unité de Gestion de la Police Judiciaire dirigée par Moise Emane Emane a arrêté Emile Sone Ngolle à Souza (Département du Moungo, Littoral). La CRTV indique qu’il était en possession d’un arsenal professionnel composé de 4 téléphones, 17 puces électroniques et une carte d’identité qui ne lui appartenaient pas. Le commissaire en chef et chef du service d’enquête et d’enquête criminelle de la police judiciaire du Centre conseille le public. « Nos concitoyens doivent séparer la bonne semence de la mauvaise. Nos concitoyens qui se livrent à des pratiques de corruption peuvent être poursuivis au même titre que leurs bourreaux.prévient Charles Gaston Ndongo Epok.

#Cameroun #Cybercriminalité #police #arrête #escroc #qui #avait #usurpé #lidentité #plusieurs #ministres

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire