Cameroun : il ôte la vie au mari de sa grande sœur

0

« Il a été le premier à me frapper. J’ai utilisé un couteau pour lui faire peur.if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

Il s’est jeté sur moi et le couteau est entré dans son ventre », c’est sur ces mots que ledit Fankemg Domtchouang plaide non coupable des meurtres dont il est accusé. Dans la nuit du 19 novembre 2017, le jeune garçon a utilisé un couteau pour blesser mortellement son beau-frère après une altercation. Les faits datent du 11 novembre de la même année. Le défunt et son épouse ont été victimes d’un cambriolage à leur domicile du quartier Tsinga. Ces derniers ont tourné leurs soupçons sur le suspect et l’un de ses cousins ​​Gatsing André. Conduits à la brigade Tsinga où ils ont été placés en garde à vue. Ils y ont passé quatre jours.

Au terme d’un accord familial, les deux individus sont libérés. Six jours après l’incident, Fankemg s’est rendu chez sa grande sœur pour récupérer ses affaires pour se rendre à Bafoussam. « Quand je suis arrivée, j’ai trouvé le mari de ma sœur aînée seul dans le salon. Je lui ai expliqué ce que je suis venu faire. Je suis entré dans la chambre pour faire mes valises quand mon beau-frère est arrivé. Il a commencé à me menacer et à me frapper. Alors j’ai pris le couteau dans mes vêtements pour lui faire peur. dit le tueur présumé. Ce sont les cris de douleur qui alarmeront le quartier. La victime est immédiatement transportée à l’hôpital central de Yaoundé et sera tuée 48 heures plus tard. Une version des faits qui a été rejetée par le procureur à l’audience et pense que Fankemg Domtchouang voulait faire payer le mari de sa grande sœur.

Les avocats de la défense réfutent également la version de l’accusation de l’absence de décès médical au dossier et exigent que leur client ne soit pas coupable. Le principe de légitime défense devrait être appliqué selon ces avocats. Il est détenu à la prison centrale de Kondengui depuis le 23 novembre 2017 et sera prononcé lors de sa deuxième audience le 12 juillet 2021. À cette fin, le procureur demande que le garçon soit reconnu coupable.

#Cameroun #ôte #vie #mari #grande #sœur

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire