Partenariat: Un gros sponsor de Samuel Eto’o sommé de payer 276 milliards au fisc, voici les détails!

0

SABC (Société Anonyme des Brasseries du Cameroun) est l’un des partenaires privilégiés de la Fédération camerounaise de football. La société française est d’ailleurs citée parmi les structures qui accompagnent Samuel Eto’o dans son projet de construction de 10 stades au Cameroun. Problème, le patron de cette multinationale Pierre Castel a de gros soucis avec le fisc en Suisse. Il est sommé de payer 276 milliards de francs CFA.

Pierre Castel, 96 ans, dont la fortune est estimée entre 14,5 et 15,5 milliards d’euros, écope d’une ardoise de 422 millions d’euros, qu’il conteste partiellement. Si cette famille n’arrive qu’en 13e position toutes nationalités confondues, elle occupe, en revanche, régulièrement la première place des exilés fiscaux tricolores.

Ce groupe, actif dans le vin, la bière, les boissons, le sucre, ainsi que dans l’immobilier de luxe, a vu sa fortune croître de 1,5 milliard d’euros l’année dernière. Un bonus qui aidera Pierre Castel à régler une facture de 410 millions de francs suisses (422 millions d’euros) que lui réclame le fisc genevois. Accusé de soustractions d’impôts commises intentionnellement, le milliardaire préfère évoquer une « imprévoyance légère ».

Dans une interview accordée à un magazine français, Pierre Castel racontait qu’il avait quitté la France après l’élection de François Mitterrand, ayant « toujours eu peur des socialistes ». Mais, au lieu de se déclarer sous le nom de Pierre Castel, il choisit un autre de ses prénoms, Jesus. Et, pendant des décennies, le fisc genevois n’aurait pas su que Jesus et Pierre étaient la même personne, révèle le site Gotham City, spécialisé dans la criminalité économique. Ce n’est que grâce à des informations parues dans la presse que le fisc genevois assure s’être (enfin) rendu compte que « les déclarations fiscales de M. Pierre Castel différaient notablement des éléments de revenus et de fortune qui lui étaient attribués par la presse ».

Évasion fiscale ou imprévoyance ?

En clair, le service des impôts de la cité de Calvin a mis des années avant de s’apercevoir que Pierre Jesus Sebastian Castel était le principal détenteur du groupe industriel Castel et le président de Cassiopée Group, à la tête de 215 sociétés à travers 40 pays. Au sommet de l’empire Castel, il y avait jusqu’en 2009 la Scomaf, une fondation au Liechtenstein, rebaptisée Cassiopée Group depuis son déménagement à Singapour. Ajoutez, toujours à Singapour, un fonds baptisé Investment Beverage Business Fund (IBBF), qui distribue chaque année des millions d’euros de dividendes (non imposables) aux détenteurs de ses parts, l’identité des bénéficiaires étant inconnue.De son côté Pierre Jesus Castel, établi jusqu’en 2012 à Genève, est depuis installé en altitude à Crans-Montana, dans le canton de Valais. Toujours selon Gotham City, le patriarche réfute l’accusation d’évasion fiscale, évoquant une simple « imprévoyance légère ». Les 422 millions d’euros correspondent à cinq années, allant de 2007 à 2011. L’un des principaux négociants de vins français au monde a accepté de verser certains montants, mais il continue à en contester d’autres, notamment auprès du Tribunal fédéral, la plus haute instance judiciaire en Suisse.
Shance Lion

Auteur: Chance Lion

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire