La nouvelle vie de Makhtar Ndiaye, selon le joueur le plus talentueux d’El Hadj Diouf Sénégal

0

Formé au Stade Rennais, où il est arrivé de son pays natal à l’âge de 14 ans, Makhtar N’Diaye a rapidement été considéré comme l’un des plus grands espoirs du club. Ses qualités techniques ont convaincu Paul Le Guen qui l’a lancé dans l’équipe première à l’âge de 17 ans.

Lors de la basse saison 2002-2003, Rennes veut enfin s’affirmer sur la scène française et recrute tour à tour Petr Čech, Andrés Fleurquin, Gabriel Loeschbor et Georgi Ivanov. Une colonie étrangère forte, qui devrait donner un nouveau souffle au club phare de Bretagne. Malheureusement, la fusion entre les recrues estivales et les jeunes du centre de formation ne fonctionne pas. Rennes tombe à Guingamp (3-0).

Pendant ce temps, Makhtar N’Diaye multiplie les échauffements, sans jouer la moindre minute pour se mettre sous les crampons. Il a joué quelques matchs de plus après cela, mais le Stade rennais était au pire à ce moment-là. Enfin, les années passent et se ressemblent pour le Sénégalais, incapable d’exprimer son potentiel technique. Et pourtant, il est sans doute le joueur africain le plus doué que nous ayons vu jouer à Rennes depuis Laurent Pokou.

Sur la pelouse, l’entraîneur bosniaque Vahid Halilhodžic a remplacé Philippe Bergeroo à la tête du club breton. Tellement mauvais aux points que le Stade rennais s’est imposé brillamment à Sedan (1-3), avec une prestation signée par Makhtar N’Diaye notamment, sa première de la saison. Plus que les trois points supplémentaires dans le sac rennais, c’est surtout le choc psychologique tant attendu, qui a clairement fonctionné. Mieux, le sélectionneur bosniaque a de nouveau confiance en les Sénégalais.

Malheureusement, ce dernier voyage beaucoup pour rejoindre son roster et est régulièrement fatigué de ses déplacements répétés. Rassuré par la performance de son équipe, « Coach Vahid » en a également profité pour lancer plusieurs jeunes joueurs dans le grand bain. Dont Grégory Bourillon, jeune défenseur de dix-huit ans originaire de Monsurs juste à côté de Laval, Sébastien Puygrenier, Julien Escudé ou Jacques Faty. Vahid Halilhodžić, partisan de la méthode forte, a la ferme intention de stabiliser le club rapidement.

En ce sens, l’entraîneur rennais souhaite que les joueurs soient concernés par l’opération de maintenance. Jouant par surprise entre minuit et 1h du matin dans leurs chambres d’hôtel, il n’hésite pas à renvoyer Lamine Diatta et Anthony Reveillère dans la capitale bretonne, lors d’un déplacement à Strasbourg. Malgré des débuts prometteurs et une solide séquence de cinq victoires consécutives, les résultats du SRFC sont toujours aussi inégaux.

Pire encore, Rennes échoue en demi-finale de Coupe de France à Auxerre (2-1) et voit s’envoler le doux rêve de toute une région. Plus tard, la SRFC peinait à maintenir sa position parmi l’élite, mais ne parvenait toujours pas à convaincre. Makhtar N’Diaye non plus. En raison du manque de temps de jeu, il a finalement été prêté à Sedan pour une saison au cours de l’exercice 2003-2004. Malheureusement, Makhtar N’Diaye ne rentre pas dans les plans de Laszlo Bölöni à son retour à Rennes.

En février 2005, il est libéré de son contrat et décide de rejoindre le club d’Yverdon en Suisse. Il est ensuite recruté parmi les Glasgow Rangers par Paul Le Guen où il signe un contrat d’un an. Dans les « Highlands », Makhtar N’Diaye veut relancer sa carrière, qui est sur l’aile depuis plusieurs saisons. Cependant, il la joue à peine.

Sans nouvelle de l’ancien centre de formation phare des statisticiens depuis quatre ans, Makhtar N’Diaye a finalement refait surface lors de l’intersaison 2011, en signant avec La Vitréenne, qui évoluait alors en CFA. Aujourd’hui âgé de vingt-neuf ans, celui qui a sans doute raté une carrière exceptionnelle, a ensuite retrouvé la Bretagne, sa seconde patrie.

En tout cas insuffisant pour le Stade rennais, qui a décidé de le prêter à Sedan pour une saison, sans que cette opération soit vraiment convaincante. Parce qu’il ne correspondait pas aux plans de Laszlo Bölöni, il a finalement été libéré de son contrat en février 2005.

Chaotique, la suite de sa carrière est encore entachée de blessures qui avaient déjà entravé sa progression en Bretagne. Passé par la Suisse et l’Ecosse, il part un temps au Qatar. En 2011, N’Diaye revient en Bretagne, et plus précisément à La Vitréenne, où il rend ses services et commence une formation d’entraîneur. Une nouvelle route non loin du football. Il n’a pas encore montré ses talents d’entraîneur, mais nous lui souhaitons plein succès dans son nouveau métier.

#nouvelle #vie #Makhtar #Ndiaye #selon #joueur #talentueux #dEl #Hadj #Diouf #Sénégal

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: