Présidence de la FECAFOOT : ces huit points forts de Samuel Eto’o que ses opposants ignorent

0

Tel un sphinx phénoménal, étonnant au palmarès imbattable, la candidature du quadruple ballon d’or africain fait taire les complexes, les colporteurs, les brocanteurs, mais annonce les vents du renouveau du football camerounais.

Dans quelques jours, l’instance faîtière du football camerounais (Fecafoot) pourrait accueillir sur son trône un président régulièrement bien élu. Au moins, un représentant nouvellement élu qui pourra siéger à la droite du président de la Fédération Africaine de Football (Caf).

Le football camerounais attend, souhaite, espère un président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), digne, légalement, légalement élu. L’heureux élu aura l’opportunité extraordinaire d’accueillir et d’accueillir les autres présidents des vingt-trois instances nationales africaines de tutelle dans les 24 pays du football masculin de la CAN meeting (janvier-février 2022).

Le jeu est digne d’une bonne et fière chandelle quand on sait que la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football revient sur le sol camerounais, cinquante (50) ans après la seule, celle de 1972, accueillie ici par le Cameroun. Cela ajoute à l’excitation, à l’exubérance, à l’élévation des émotions et à l’effervescence dans les bars.

Sphinx dans la forêt

Dans les starting-blocks de la prochaine Assemblée Générale élective de la Fécafoot, plusieurs candidats se préparent à la candidature. L’un semble faire bouger tout le monde, celui de Samuel Eto’o fils, l’ancien capitaine charismatique et emblématique des lions indomptables.

Le quadruple Ballon d’Or africain, double vainqueur de la CAN (2000 & 2002) possède d’énormes atouts. National, International « Pichichi » (Attaquant du centre supraplanétaire formidable et tournant), Samuel Eto’o Jr. a également la réputation d’être la bête noire mondialement connue des défenseurs et des gardiens de but.

Le « 9 » a tant donné au football camerounais. Qui oserait nier que Samuel Eto’o fils fait partie de ces références historiques avec lesquelles on ne triche pas. Le nationalisme patriotique est bien établi.

Souvenir de mémoire : sa grande et mémorable prestation lors de la phase finale de la Coupe du monde, « France 98 ». Samuel Eto’o était le plus jeune joueur de la ligue. Il n’avait que 17 ans et 3 mois.

Phénoménal! Etonnant !!

La fantastique aventure footballistique de Samuel Eto’o fils, considéré à juste titre comme une légende vivante, fut longue, compacte, riche ; a traversé une trajectoire rythmée par plusieurs participations avec l’équipe nationale de football du Cameroun, lions indomptables, aux phases finales de la Can et à la coupe du monde de football masculin.

Dans la poche du « 9 », deux trophées lors des épopées triomphales de 2000 et 2002, la distinction de meilleur buteur africain de tous les temps. Avec ses quatre précieux ballons d’or africains, le capitaine des lions indomptables, Samuel Eto’o fils, a atteint le firmament mondial.

Le profil du poste

Sous prétexte d’être l’initiateur de « plusieurs affaires » qui ont connu un destin en demi-teinte pour certains, il a été jugé par le « mauvais » manager. Certains opposants le trouvent envahissant, autoritaire, irrespectueux, irrévérencieux, radical, égoïste, égocentrique.

Ceux qui discréditent Samuel Eto’o, l’accusent d’être un esprit libre, d’avoir des attitudes insouciantes, d’avoir des émotions de caractère, sont également mal inspirés, au point de disqualifier, condamner, piller avec son potentiel et ses capacités à diriger le destin de la Nourris.

Dans cette « armée des furieux » on peut compter : vengeance, futurs « lecteurs », « magiciens » du dimanche… Ils le discréditent, lui prédisent un flop déroutant, un échec cuisant, à la limite une débâcle jusqu’au bout du chef de jour de la Fécafoot.

Il y a un temps pour tout

Les « disciples » de la « divination prophétique » semblent ignorer que le football camerounais est actuellement au ras du sol. Son état de pauvreté, de désespoir et de déséquilibre est sans précédent. Affreux!!! Le niveau de pourriture, de disgrâce, de pourriture, de mécontentement, de mafia écœurante d’illégalité, de désaccords, d’inconfort est stupéfiant. Inquiétant.

Les spécialistes de l’incantation, les lucifériens qui prédisent la faillite et l’apocalypse de Samuel Eto’o fils à la Fécafoot, manquent de clarté, de bon sens, de prudence, de vigilance. Mais reste !!! Un simple regard en arrière révèle comment la misère, la navigation à vue, les absurdités, les incohérences sous lesquelles s’effondre la Fécafoot, en font un corps de parapluie au fond de la vague.

fort un homme fort

La Fed n’a pas seulement besoin d’un manager. Il lui faut aussi : un chef et un pompier. Un homme avec un bon dos, bien implanté dans les réseaux de football, se distinguant par sa charpente, ses larges épaules, sa capacité à supporter le fardeau, à renverser les nombreux défis qui se profilent à l’horizon.

Samuel Eto’o Fils, si souvent traité de franc-tireur, a le prestige, le profil du métier. C’est sans exagération, le « messie » dont le dynamisme, couplé à un apport, aidera le football camerounais à sortir des ténèbres, des enclaves du vice et à se relever sous un nouveau « costume ».

Le temps est révolu de la stigmatisation du « 9 ». A quoi bon continuer à diaboliser, maudire, déstabiliser l’iconique « 9 » ? A qui profite le crime complotant pour incriminer sans cesse Samuel Eto’o, le fils d’un ego surdimensionné, prétendument mal à l’aise avec la contradiction ?

Vaincre les complexes

En termes d’exemplarité et d’expertise avérée dans la pratique du football, parmi tous les impatients, Samuel Eto’o fils cherche à manipuler et à détruire, qui peut prétendre avoir plus de loyauté patriotique et de services au football comme ceux que le « 9 » apporté au football camerounais ?

Les Écritures de l’Église enseignent qu’il y a un temps pour tout. L’actualité n’est plus ce qui invite à l’expression : ingratitude, duplicité, ambiguïté.

Le moment est venu pour les Camerounais d’arrêter de répandre à la face du monde : nos vomissements, nos crasses, nos attitudes hideuses, notre haine et une forte dose d’hostilité démoniaque envers Samuel Eto’o. Plus besoin d’exhiber toute leur laideur, notre mentalité amnésique, notre bêtise et nos prétentions d’acrobate désincarné.

Le vent de la « résurrection »

La Fédération camerounaise de football a besoin d’un président de la taille, de la grandeur du fils de Samuel Eto’o. Le football camerounais doit pouvoir profiter, profiter de ses grands faits d’armes, de son savoir-être étincelant, de son carnet d’adresses « impertinent » et volumineux ; les nouvelles facettes, le tissu d’une remarquable beauté qu’il apporte pour oxygéner, renouveler et égayer la diplomatie.

Le programme du projet, le plan d’action pour la relance du football au Cameroun, proposé par Samuel Eto’o fils, est pertinent, séduisant et d’une force de frappe offensive globale. On découvre les capacités de la Légende à rencontrer un sponsor.

Samuel Eto’o Fils peut faire bouger les choses, récolter les fruits de ses amitiés avec Vladimir Poutine, l’émir du Qatar qui a fait de lui l’un des ambassadeurs du prochain championnat du monde « Qatar 2022 ».

Haro sur les brocanteurs et marchands ambulants
Samuel Eto’o fils entretient des relations « vous à vous » avec diverses personnalités, chefs d’entreprise, chefs d’État et présidents de la République à travers le monde. Un savoir-être que même les plus grands cadres du monde envient. S’il ne s’agit pas d’une fable, c’est une erreur de provocation que de laisser croire que le fils de Samuel Eto’o est un « all-comer » dans les cercles de l’instance dirigeante du football camerounais.

Pour ceux qui ont l’habitude de considérer leurs émotions « stériles » pour des vérités définitives, pour ceux qui écrivent l’histoire du football camerounais avec du bubble-gum, il faut mettre un terme à cette malédiction dans les veines de la tentation du diable. Il ne s’agit pas d’aimer le fils de Samuel Eto’o, mais de prendre le sacré engagement, de tenir un plébiscite sur sa candidature.

Enfin, il s’agit d’organiser un deuil, de belles funérailles pour déshonorer les « petits » esprits malfaisants et délinquants qui conspirent pour narguer Samuel Eto’o fils. . . Nous ne « détruisons » pas les légendes. Nous ne les pressons pas. Nous les respectons. Nous les protégeons. Nous les applaudissons. Nous les célébrons. Surtout.

#Présidence #FECAFOOT #ces #huit #points #forts #Samuel #Etoo #ses #opposants #ignorent

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: