La sûreté nationale est un corps de commandement et d’administration qui évolue selon des règles éthiques et de déontologique bien spécifiques. Dans ce Corps le chef hiérarchique doit toujours être plus gradé que tous ses collaborateurs. Dans le pire des cas il doit avoir le même grade, la même ancienneté que le premier de ses collaborateurs. Ceux-ci doivent lui rendre des honneurs à travers les faits et gestes de déférences tel que le salut, des réponses appropriées au moment de la réception des instructions et mission.

On peut ainsi entendre des réponses telles que: “oui chef, à vos ordre, instructions bien reçu… « Et bien d’autres. Vu le fonctionnement, les us et coutumes de ce corps il est inadmissible qu’un moins gradé passe des ordres à un plus gradé. Cela est vérifiable dans la quasi-totalité des forces de défense et de sécurité. D’où vient-il que depuis un certain temps qui dure même déjà, des moins gradés commandent de façon ostentatoire les plus gradés c’est à dire leurs chefs. Comment expliquer qu’un commissaire central jadis commissaire principal après une sanction se retrouve commissaire de police continue à donner des ordres à son adjoint commissaire de police principal, ses collaborateurs d’arrondissement eux même des principaux ?

Les textes ont-ils changé entre temps ?quel exemple à suivre servir à aux administré dans des grandes villes de notre pays ?comment répondre ou interpréter cela dès lors que ceux-ci sont vêtus d’uniformes assortis de leurs différents attributs de grade ? Avez-vous suivi ce que les autres corps pensent de la police ? Quel genre d’humiliation ? Pourquoi toujours révoquer les collaborateurs sur le fallacieux prétexte de faits portant atteinte à l’image de marque de la sûreté nationale ? N’est pas ici une souillure ? Quelle honte ? Quel manquement grave de management ? Ces cas sont légions et la ville de Maroua en n’est une parfaite illustration.

Il est urgent, nécessaire voir impérieux de revoir le management de la sûreté nationale que certains veulent réduire à des missions obscures et illégale. N’acceptez pas que les moins gradés commandent leur chef même si ces moins gradés sont nos frères, amis, promotionnaires… l’objectivité dans l’accomplissement de ses missions est une vertu.

Columnist: Romy Dollar

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here