Investissement : le Cameroun veut construire ses propres voitures

0

Dans son édition double couvrant les mois de décembre 2020 et janvier 2021, le magazine Investir au Cameroun va sur les traces de l’industrie automobile au Cameroun, dont les premières bases sont posées depuis quelques années. Avec notamment la société Sotrabus qui monte des autobus dans la capitale économique camerounaise.

Cette entreprise contrôlée par un investisseur camerounais a été suivie, ces derniers mois, par la société Jengu Sarl, premier assembleur de tricycles électriques au Cameroun. Jengu Sarl, qui expose dans son atelier de Douala des spécimens de véhicules électriques «?made in China?», ambitionne d’installer une chaîne de montage desdits véhicules dans la capitale économique camerounaise, où un autre projet de montage de véhicules né d’une joint-venture camerouno-chinoise ronge son frein depuis quelques années.

En plus de l’incursion dans l’industrie automobile qui connaît quelques frémissements au Cameroun, la dernière livraison de votre magazine consacre l’interview du mois au géoéconomiste camerounais Maurice Simo Djom. Dans l’entretien, ce dernier revisite toutes les opportunités qu’offre le développement du «?made in Cameroon?», les obstacles qui jonchent d’ores et déjà ce projet gouvernemental, et clarifie la perception de ce concept, tel qu’il est et devrait être intégré par les pouvoirs publics.

Au-delà de ces deux principaux temps forts, la dernière livraison d’Investir au Cameroun, téléchargeable gratuitement sur notre plateforme, est également un panorama des faits majeurs qui ont marqué l’actualité économique dans le pays au cours de ces dernières semaines.

REF: agenceecofin.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: