Partagez avec vos amis

Ancien chef service de la comptabilité à la perception de Ngo-Ekélé à Yaoundé, Jean David Ona Ebo percevait illégalement le salaire d’un militaire.
Il est donc écroué à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui depuis 2015. Outre cette accusation, il actuellement soupçonné d’avoir été au centre d’un réseau de fraude de salaire à la Fonction Publique.

Face à la justice

Le 6 novembre dernier, le mis en cause s’est vu de nouveau accablé. Mbang Oliboko, le représentant du ministère des Finances (MINFI) parties civiles (victime) dans la procédure a profité du contre-interrogatoire de l’accusé pour alourdir les charges. Certaines de ses questions tendaient en fait à démontrer que le mis en cause serait au centre d’un autre forfait. En effet, l’accusé est un contractuel d’administration, et percevrait un salaire de 90 mille FCFA».

Le salaire du mis en cause a été suspendu en 2015 à la suite de ses démêlés avec la justice. «En dépit de la mesure du MINFI, M. Ona Ebo aurait continué de toucher le salaire d’un militaire du grade d’adjudant dans un compte ouvert dans les livres de la microfinance dénommée CEPI», apprend-on.

Accusé de détournement de salaire

En plus du salaire du militaire qu’il a continué de percevoir de 2015 à décembre 2018, l’ancien chef service de la comptabilité à la perception de Ngoa-Ekélé a touché son salaire de contractuel d’administration entre janvier et avril 2019.

Interrogé à l’audience du 6 novembre au TCS, il a déclaré: «Sur la question, j’avoue que j’étais au courant de cette situation. Je touche mon salaire à la banque comme je suis régulièrement sur découvert. Maintenant que vous me le faites savoir, je vais prendre des dispositions pour remédier à la situation».

Le représentant du MINFI a versé aux débats 46 bulletins de solde des salaires décriés. Le tribunal a admis «en la forme» les documents présentés par le représentant du MINFI comme pièce à conviction.

Ce que lui reproche la justice

Il est reproché à M. Ona Ebo d’avoir procédé à l’enregistrement de plusieurs faux bons de commande lorsqu’il occupait son poste à la perception de Ngoa-Ekélé. Ce qui aurait permis le décaissement des fonds de manière illégale. La forfaiture a été dévoilée après son affectation à Akonolinga en 2012.

Source: camerounweb.com

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here