C’est une révélation du journal panafricain ‘Jeune Afrique’. Selon les témoignages recueillis dans l’entourage de Paul Biya, entre 1991 et 1992, ‘l’homme Lion’ a préféré les élections législatives à la conférence nationale. Se fondant sur les expériences du Bénin et du Congo Brazzavielle qui ont connu l’alternance, le chef de l’Etat camerounais a organisé ces élections qui lui ont permis de diviser l’opposition après avoir obtenu une majorité relative à l’assemblée.

Ci-dessous, les révélations de ‘Jeune Afrique’

1991 – 1992 : Le temps des stratèges

Nous sommes le 27 juin 1991. Devant l’Assemblée nationale, Paul Biya prend position : « Je l’ai dit et je le maintiens : la conférence nationale est sans objet au Cameroun. [..] Nous nous soumettrons au verdict des urnes. » Le pays est pourtant en fâcheuse posture. En mai, l’opposition, menée par John Fru Ndi, a le vent en poupe. Elle lance une campagne de désobéissance civile pour paralyser l’activité dans les grandes villes. Beaucoup appellent à un dialogue national et à un départ de Biya.

Mais l’intéressé a une stratégie : les urnes. « C’est une de ses caractéristiques : il ne cède pas à la pression », confie un habitué de la présidence. Conseillé par son secrétaire général, le nordiste Sadou Hayatou, et par son directeur de cabinet civil, le discret Laurent Esoo, il propose des législatives anticipées en début 1992. Le parti au pouvoir n’obtient qu’une majorité relative, mais Biya a réussi à diviser l’opposition entre Bello Bouba Maïgari, qui intègre l’Assemblée, et les plus radicaux.

« Il a repris la main, en poussant le Social Democratic Front à boycotter et à laisser le terrain pour un temps », se souvient un observateur. « Il ne voulait pas de la conférence et redoutait de perdre le pouvoir, comme Kérékou au Bénin ou Sassou Nguesso à Brazzaville », ajoute un proche de la présidence. « Sa force a été de jouer les élections contre la conférence, qu’il savait difficile à maîtriser. C’est une forme de révolution conservatrice, qui ne dérogeait pas à la doctrine de la Baule. »

Source: camerounweb.com

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here