NOSO : C’est ce que l’armée a fait à la femme de No Pity à Buéa

0

• C’est le traitement que les militaires ont imposé à la femme de No Pity après son arrestation.

• Le soldat ambazonien a défié le pouvoir de Yaoundé et de l’ONU dans un audio

• Il les avertit que les sécessionnistes multiplieront les attaques contre l’armée si cela ne fait rien pour arrêter la crise

L’armée camerounaise, pour capturer le soldat ambazonien No Pity, a attaqué sa femme et ses enfants. Ils ont été capturés le 2 octobre à Buea par le militaire camerounais Ikome John alias Moja, militaire et chef du village de Bwassa. Dans une vidéo circulant sur internet, il a insulté la femme présentée comme No Pity’s et a également adressé un message au « formidable » général ambazonien.
« Pas de pitié, ce sont votre femme et vos enfants. Je ne leur ferai pas de mal, mais je les ai arrêtés, ils sont avec moi », a déclaré le soldat Moja.

Plus d’une semaine après cette arrestation, des informations parvenues à la rédaction montrent que l’épouse de No Pity est incarcérée à la prison centrale de Buea. Tamfu Richard, l’avocate de la jeune femme, Antoinette Gohla, habitante de Sandpit Buea, a révélé qu’elle était enceinte de 8 mois. Il dénonce cette détention arbitraire, arguant que la dame ne peut pas servir de cobaye aux militaires pour faire pression sur No Pity.

« J’ai reçu des informations fiables selon lesquelles la femme enceinte vue dans la vidéo ci-dessous a été harcelée par un certain militaire qui prétend travailler pour l’armée camerounaise et que le chef du village de Bwassa, alias Moja Moja, est actuellement détenu et maintenu en garde à vue. . est en garde à vue à la prison centrale de BUEA pour quel crime je ne sais pas Aucune pitié ne peut pas commettre ses crimes et vous le blâmez sur sa femme et son enfant Ce n’est pas comme ça que ça se passe Dans les prochains jours je vais inculper EWOME EKO John alias Moja Moja et j’invite d’autres défenseurs des droits humains à se joindre à moi pour demander justice pour la femme prétendument enceinte et, en outre, innocente », a déclaré l’avocat.

Il est à noter que les combats à NOSO cette semaine ont atteint des proportions inquiétantes avec des pertes en vies humaines massives dans le camp des militaires camerounais. Le combattant ambazonien No Pity a adressé dans un message audio aux puissances de Yaoundé et à l’ONU lundi dernier qu’ils intensifieraient les combats qui se déroulent actuellement à NOSO jusqu’à ce qu’ils soient entendus par « l’ONU ».

No Pity annonce d’autres batailles et se concentre sur l’ONU et le pouvoir d’Eoudi !

En zone anglophone, des sources déplorent la multiplication des attaques de combattants sécessionnistes à l’explosif et les résultats alarmants de ces combats contre les militaires. Dans un message audio publié lundi 11 octobre, le « général ambazonien » No Pity s’adresse à ses éléments et les félicite pour les résultats satisfaisants de ces derniers jours.

Par ailleurs, le redoutable militaire tentant de neutraliser le pouvoir de Yaoundé a tenu à indiquer que les forces armées des amba boys continueront le combat contre l’armée camerounaise « jusqu’à ce que la communauté internationale tienne ses promesses concernant les droits des ambazoniens ». des gens « .

La récente visite du Premier ministre Dion Ngute à Bamenda et le travail qu’il a entrepris avec les autorités locales pour trouver une solution à la crise de plus de 4 ans n’a pas ému le redoutable militaire qui monte directement au pouvoir de Yaoundé adressé et à l’ONU.

« Allez dire à ces dirigeants du Cameroun qu’il n’y aura pas de paix, pas de stabilité, pas de solution juste et durable au conflit anglophone à moins que le Conseil de sécurité de l’ONU n’assume ses responsabilités en répondant avec franchise et détermination aux pratiques agressives et expansionnistes de l’armée camerounaise. Forces », le général No Pity s’est tourné vers le pouvoir de Yaoundé.

Il a attiré l’attention sur le rôle que l’ONU devrait jouer dans la résolution de la crise anglophone et a averti que « le conflit pourrait s’intensifier et déstabiliser certaines parties du Cameroun s’il n’est pas maîtrisé ». « La guerre fait déjà rage à Ground Zero. Et ses dangers et ses conséquences ne peuvent être évités si les Nations Unies continuent d’ignorer la crise au lieu de la résoudre », a-t-il ajouté.

Rappelons que le mardi 12 octobre 2021, au moins 12 militaires camerounais ont été tués dans les attaques contre le convoi de l’armée le long de la route Bamenda-Wum.

#NOSO #Cest #larmée #fait #femme #Pity #Buéa

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: