CM – Emmanuel Macron officialise la mise en place de l’Etat général de la justice

0

Emmanuel Macron « a décidé d’instituer les États généraux de la justice », a annoncé l’Élysée samedi 5 juin, et a souligné le « lien profond » du chef de l’Etat avec la « séparation des pouvoirs », alors que l’autorité judiciaire a fortement critiqué, il est utilisé par les élus politiques et les syndicats de policiers. Le président souhaite également que « le ministre de la justice rende compte chaque année au parlement de la politique criminelle du gouvernement », a indiqué l’Elysée dans un communiqué.

L’annonce a été faite vendredi soir lors d’un entretien à la demande de Chantal Arens, la première femme présidente de la Cour de cassation, et François Molins, procureur général de la Cour de cassation. François Molins, l’un des plus hauts juges français, s’est insurgé dans une interview au Monde fin avril contre ce qu’il considérait comme le procès « laxiste » porté devant le tribunal à propos de la polémique suscitée par la décision de déclarer pénalement irresponsable. Meurtrier de la juive Sarah Halimi, six ans.

Le 19 mai, des dizaines de milliers de policiers ont manifesté devant l’Assemblée nationale, notamment en présence du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et de nombreux élus des Républicains (LR) et l’Assemblée nationale (RN), mais aussi des élus de gauche, comme la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) ou l’eurodéputé Yannick Jadot (EELV).

La critique de la justice a été l’une des les principaux slogans des syndicats de police à cette occasion. Il a été repris par le Rassemblement national et de nombreuses voix parmi les républicains. Le 25 mai, le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a exhorté l’Assemblée nationale « à ne pas opposer la justice et la police », alors que des sondages montrent que les préoccupations sécuritaires font partie des principales préoccupations des Français.

Devant les deux juges , Emmanuel Macron a rappelé « au cours de cet échange pacifique et constructif de son attachement profond au principe de la séparation des pouvoirs et au principe de l’indépendance des autorités judiciaires dont il se porte garant », a déclaré à propos de l’Elysée.

La France dépense trop en aides sociales et aides à partir de 32% du PIB, 750 milliards d’euros par an, et n’a plus les moyens de faire face au REGALIEN : justice et police, toutes deux en mauvaise posture.
Voici quelques points pour soutenir mon point:
le budget judiciaire est de 70 € par habitant et par an en France et 140 € en Allemagne
De plus en plus de policiers quittent le ministère pour être embauchés dans les communautés qui ont plus de ressources pour un travail convenable.
Last but not least, la France n’a construit que très peu de nouvelles places carcérales depuis 10 ans, la Grande-Bretagne compte 40 000 places de plus que la France avec le même nombre d’habitants.

Et à Grenelles
puis selon les plans de Marshall
puis après les changements de logiciel
puis après une tournée en France
et puis après quelques je suppose
et hauts conseils, hauts-commissariats, agences, rapports
on ne se lasse jamais

Peut-être l’essentiel de l’affaire Fillon

Lire les articles de la rubrique Justice,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

La Fontaine, la fin des « Fables » Où peut-on aller cet été ?

FAQCrédit ImpôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique de cookiesPolitique de protection des données personnelles Archives

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

Emmanuel Macron,Estates General,Élysée Palace,Emmanuel Macron, Estates General, Élysée Palace,,Emmanuel Macron,justice,,Emmanuel Macron,Les Républicains,Éric Dupond-Moretti,magistrats,,,,,,Police-Justice-Emmanuel Macron,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: